14 septembre 2016
Piscine: sprint final avant le référendum
Par: Karine Guillet

RÉFÉRENDUM. Les citoyens de Belœil devront décider dimanche s’ils acceptent le projet de piscine municipale proposée par le conseil municipal de Diane Lavoie. Récapitulatif d’une saga qui dure depuis déjà plusieurs années..

Près de 10% des citoyens de Belœil se sont déjà déplacés le week-end dernier lors du vote par anticipation.

Belœil propose la construction d’une piscine sur le site à l’intersection de la rue Saint-Jean-Baptiste et du Boulevard Yvon L’heureux. Il comptera un bassin de huit corridors, un bassin récréatif avec jeux d’eau, deux tremplins d’un mètre, un bain thérapeutique, un sauna et une glissoire de cinq mètres.

La construction du centre aquatique coûtera à Beloeil 14,7 M$. Pour financer ce projet, la Ville empruntera 13,4 M$ et a conclu des ententes de paiement avec deux autres municipalités utilisatrices. 

Le Site, un enjeu

Le site a été choisi à la suite d’une période de consultation d’un mois à laquelle ont participé 300 personnes. La majorité des citoyens qui se sont exprimés dans le cadre de cette consultation se sont dits favorables à l’un ou l’autre des projets proposés. Pas moins de 77% des personnes qui ont fait parvenir un avis ont préféré le site sur Saint-Jean-Baptiste, ce qui a motivé le choix de la Ville.

Les citoyens qui s’opposent au projet soutiennent qu’un site à proximité de l’école secondaire Polybel devrait être privilégié afin de regrouper toutes les infrastructures sportives au même endroit et favoriser un plus grand nombre de nageurs. La Coalition soutient que la majorité des piscines au Québec sont situées à moins de 200m d’écoles ou d’infrastructures de loisirs.  

La Coalition contre le projet Saint-Jean-Baptiste croit notamment que les discussions avec la Commission scolaire des Patriotes (CSP) auraient dû se faire en présence d’élus. La Coalition croit que la CSP bénéficierait d’une entente. «La raison pourquoi Beloeil se plaignait quand la piscine était à la Polybel, c’est que nous n’avions pas de place durant le jour, parce que la Commission scolaire l’utilisait», illustre Rémi Landry.

S’appuyant sur le cas récent de la Ville de Lévis où la commission scolaire a cédé son terrain, l’un des membres, Yves Deshaies, a interpellé les ministres de l’Éducation et des Affaires Municipales à ce sujet.

Inquiets de la qualité et du coût

Un groupe de citoyens s’oppose toutefois au projet de la rue Saint-Jean-Baptiste. Parmi les inquiétudes de cette Coalition, le mode de gestion conception-construction choisi par la municipalité. Le groupe s’inquiète qu’en choisissant ce mode de gestion, la municipalité ne se retrouve avec un projet de moindre qualité, ou qui ne répondra pas aux attentes de Beloeil. La Coalition s’est également dite inquiète d’un dépassement de coûts. L’absence de plans et devis du projet à ce stade-ci inquiète également la Coalition.

La mairesse de Beloeil, Diane Lavoie, soutient que la firme Deloitte a toutefois réalisé un rapport de vérification, pour 4 500$, confirmant les hypothèses de coût du projet, l’incidence sur le compte de taxe, les coûts d’exploitation projetés ainsi que les ententes avec les autres municipalités.

La Ville soutient également qu’il ne peut y avoir de dépassement de coûts, puisque le même soumissionnaire doit s’occuper de la conception et de la construction.

Entente signée

L’entente écrite avec le Groupe Potvin (propriétaire du terrain), que la Ville souhaitait initialement conclure avant le règlement de dépense, a finalement été conclue mardi matin.

Le promoteur cédera en tout à la Ville 12% de la superficie de son terrain en parcs et espaces verts. Le terrain de 6500 m2 de la piscine représente 0,6% du total de l’espace.

 

Une saga qui dure depuis longtemps

2012:Belœil autorise un changement de zonage au nord de l’autoroute 20 pour la construction d’une piscine.

 

Novembre 2013:La piscine de l’école secondaire Polybel fuit. La Ville prévoit louer des plages horaires dans la future piscine sur le bord de l’autoroute 20

 

Novembre 2014:La Commission scolaire des Patriotes fait pression sur la Ville pour renouveler son entente d’utilisation de la piscine avant la fin du mois

 

Décembre 2014:Belœil refuse de payer pour la réfection du bassin de l’école secondaire Polybel

 

Janvier 2015:Mandat à la firme Lemay+DAA pour étudier la faisabilité d’un complexe régional au nord de l’autoroute 20.

 

Avril 2015: Saint-Basile-le-Grand, Mont-Saint-Hilaire et Saint-Jean-Baptiste se retirent du projet.

 

Mai 2015: Belœil demande une deuxième étude pour un complexe régional.

 

Juin 2015: Belœil suspend les activités aquatiques pour l’automne.

 

Septembre 2015: La Ville va de l’avant avec un projet de 16 M$ sur le site du Faubourg Richelieu, près de l’autoroute 20. Otterburn Park commande sa propre étude. McMasterville et Otterburn Park se sont retirés du projet

 

20 Octobre 2015:1128 personnes bloquent le projet de piscine en signant le registre

 

23 février 2016: Beloeil rencontre ses citoyens. Elle reverra le projet à la baisse. Cinq sites sont à l’étude.

 

10 avril: Belœil propose deux scénarios de coûts et trois emplacements possibles pour sa piscine.

 

Avril 2016:La Ville lance une période de consultation publique.

 

Mai 2016:Belœil va de l’avant avec le site de Saint-Jean-Baptiste. Saint-Mathieu-de-Belœil veut collaborer.

 

14 juin 2016:542 personnes signent le registre, mettant un frein au règlement de construction de 14,7 M$.

 

11 Juillet 2016:Belœil choisi l’option du référendum pour la piscine. Une coalition contre le projet sur la rue Saint-Jean-Baptiste se forme

 

Août 2016:Des citoyens se regroupent, avec l’appui de la Ville, pour défendre le Oui

 

2 Septembre 2016:Otterburn Park confirme son appui financier. Mont-Saint-Hilaire sera aussi partenaire.

 

11 et 18 septembre 2016: Vote par anticipation et référendum.

image