1 septembre 2021
Milieu culturel
Peu de craintes face au passeport vaccinal
Par: Olivier Dénommée
Le directeur des Diffusions de la Coulisse, Normand L’Ecuyer, n’appréhende pas l’implantation du passeport vaccinal. Photothèque | L’Œil Régional ©

Le directeur des Diffusions de la Coulisse, Normand L’Ecuyer, n’appréhende pas l’implantation du passeport vaccinal. Photothèque | L’Œil Régional ©

Dans son édition du 18 août, L’Œil Régional faisait état d’un « appui tiède » de plusieurs commerçants face à l’implantation du passeport vaccinal au Québec. De son côté, le milieu culturel de la région ne semble pas trop incommodé par cette nouvelle mesure sanitaire en vigueur dès aujourd’hui (1er septembre).

Publicité
Activer le son

Normand L’Ecuyer, directeur général et artistique des Diffusions de la Coulisse, l’organisme qui gère la programmation du Centre culturel de Belœil, estime que les spectateurs sont en général très respectueux des règles sanitaires et fait le pari que l’immense majorité d’entre eux sont adéquatement vaccinés. « Le VaxiCode a été l’application la plus téléchargée quand elle a été lancée; c’est bon signe. Les gens ont envie de passer à autre chose, ils veulent profiter des spectacles. Personne ne veut revenir en arrière et voir les salles de spectacle fermer à nouveau », soutient-il.

Jean-François Guilbault, directeur artistique de L’Arrière Scène, abonde dans le même sens. « Le passeport ne devrait pas avoir d’impact pour le public scolaire; on verra pour ce qui est des représentations familiales, mais je crois que la majorité des gens seront vaccinés. On reste alertes face aux contraintes qui pourraient encore venir, mais on a vu pire, alors je ne suis pas trop inquiet. »

De son côté, Jocelyne Bilodeau, propriétaire du Café du passeur à Mont-Saint-Hilaire, s’avoue peu enthousiaste face à l’implantation du passeport vaccinal, d’autant plus qu’il ne s’accompagne pas d’un assouplissement d’autres mesures sanitaires. Mais elle considère qu’il s’agit d’un moindre mal avec l’arrivée de la quatrième vague de COVID-19. « J’ai eu l’occasion de parler avec quelques clients. Je ne pense pas que ça aura un très grand impact sur l’achalandage. Je perdrai peut-être quelques clients d’un côté, mais je pense que j’en gagnerai de l’autre qui se sentiront plus sécurisés de venir dans un endroit où tout le monde est doublement vacciné. » Mme Bilodeau reconnaît que les spectacles de septembre sont dévoilés plus tard qu’à la normale pour éviter que des gens achètent des billets pour des spectacles auxquels ils n’auront pas accès.

image