7 octobre 2020
Pas de Créations-sur-le-champ/Land art cette année
Par: Olivier Dénommée
L’année dernière à Créations-sur-le-champ/Land art, l’œuvre Touche pas à ma planète de l’Hilairemontais Gaétan Boulais avait raflé le vote du public. Il faudra malheureusement attendre une année de plus avant de découvrir dix nouvelles œuvres éphémères créées au Pavillon de la pomme. Photo William Prince Dufort�

L’année dernière à Créations-sur-le-champ/Land art, l’œuvre Touche pas à ma planète de l’Hilairemontais Gaétan Boulais avait raflé le vote du public. Il faudra malheureusement attendre une année de plus avant de découvrir dix nouvelles œuvres éphémères créées au Pavillon de la pomme. Photo William Prince Dufort

Du 14 au 18 octobre, le Pavillon de la pomme de Mont-Saint-Hilaire devait accueillir la 14e édition de Créations-sur-le-champ/Land art. Cet événement a malheureusement été compromis par l’arrivée de la Communauté métropolitaine de Montréal en zone rouge à cause de la propagation de la COVID-19, forçant son report en 2021.

Publicité
Activer le son

Jointe au téléphone, la directrice générale de l’événement, Jérémie Boudreault, ne cachait pas sa déception de voir le Land art annulé au moment où la population aurait eu le plus besoin de sortir pour apprécier la beauté de l’art et de la nature. « Ça n’a pas été une décision facile avec la Ville de Mont-Saint-Hilaire [qui organise l’événement] et on a attendu aussi longtemps qu’on pouvait, mais l’arrivée en zone rouge a tout changé : les rassemblements, même à l’extérieur, ne sont plus permis. De plus, plusieurs des artistes participants viennent de l’extérieur de la région », explique Mme Boudreault, précisant qu’il était inconcevable que l’événement se passe en mode virtuel. « Le succès de Créations-sur-le-champ est lié au contact avec la nature. »
La déception de cette annulation à moins de deux semaines d’avis est grande, autant pour les organisateurs que pour les artistes et les habitués de ce rendez-vous annuel. « Ça a été une décision émotive, surtout que cette édition allait être sur la coche, assure Mme Boudreault. On sait aussi que ça a suscité beaucoup de grosses réactions parce que c’était un événement qui était attendu, particulièrement dans le contexte actuel. » Les dix artistes retenus ont aussi été déçus de mettre leurs créations sur la glace, eux qui savaient depuis ce printemps qu’ils étaient retenus et qui ont consacré des mois à préparer leur participation au Land art.

Un aperçu de 2021
Au moins, Mme Boudreault confirme que la participation de ces « dix artistes renversants » est assurée en 2021, du 13 au 17 octobre. « On aura droit à des projets très puissants, profonds et rassembleurs, qui traitent de sujets comme les migrants et le passé, le présent et l’avenir… J’espère juste que la pandémie sera bien derrière nous à ce moment-là pour que tout le monde puisse en profiter », commente-t-elle. Les habitués de Créations-sur-le-champ/Land art devront donc s’armer de patience avant de pouvoir enfin vivrela 14e édition de cette activité incontournable de Mont-Saint-Hilaire.

Une année à oublier pour Jérémie Boudreault
L’annulation de Créations-sur-le-champ/Land art n’est pas la première déception que vit Jérémie Boudreault depuis le début de la pandémie, ellequi a vu son exposition Le miroir agité au Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire être repoussée à mai 2021. Elle devait initialement « ouvrir » la saison anniversaire au Musée au printemps alors que la COVID-19 commençait à chambouler nos vies. « 2020 ne m’a pas manquée, lance-t-elle en riant. Mais je ne lâche pas et je vais passer au travers. » Aucun doute que, comme bien d’autres artistes, Mme Boudreault se laissera imprégner par les événements des derniers mois dans ses créations futures. Elle a promis à L’Œil Régional que la prochaine fois qu’elle devra lui accorder une entrevue, ce sera pour annoncer une bonne nouvelle.

image