25 octobre 2019
Conférence de Claire Foch au Salon de la mort
Parler de mort avec les enfants
Par: Denis Bélanger

Caroline Foch. Photo gracieuseté

La thérapeute de Mont-Saint-Hilaire Claire Foch fait partie cette année de la programmation des conférenciers de la 2e édition du Salon de la mort qui aura lieu les 2 et 3 novembre au Palais des Congrès de Montréal. Mme Foch donnera une conférence le samedi à 14 h 45 portant sur le soutien à apporter aux enfants touchés par la maladie ou la mort d’un parent.

Fondé par Phoudsady Vanny, une entrepreneure ayant près de dix années d’expérience dans le milieu funéraire, le Salon de la mort a pour mission de sensibiliser le public aux réalités liées à la mort et à les informer sur la planification de la fin de vie. Mme Foch avait assisté au premier salon l’an dernier en tant que visiteuse. « Je donne plusieurs conférences et je trouvais que mon sujet s’insérait bien dans cet événement. J’ai approché l’organisation [pour une conférence] et la réponse a été positive. »

Claire Foch se spécialise depuis plusieurs années dans le soutien psychologique et émotionnel des personnes atteintes de cancer et de leurs proches. Auparavant, elle œuvrait dans le coaching familial. Avec sa nouvelle spécialisation, elle accompagne aussi les personnes endeuillées, adultes et enfants. Elle a collaboré avec la Société canadienne du cancer et elle a mis sur pied un groupe de deuil pour les enfants et leurs parents et accompagné des familles aux soins palliatifs à Saint-Hyacinthe. Elle travaille aussi présentement à la Clinique de médecine intégrative UniSanté située à Belœil depuis cet automne.

« Qu’est-ce qu’on dit quand un enfant est affecté par la mort ou la maladie? Qu’est-ce qu’on fait? Comment agir? Dans une circonstance de deuil ou de maladie, on ne peut pas isoler l’enfant. Quand on accompagne un enfant, on accompagne la famille. Je le dis souvent, le cancer touche une personne, mais affecte tout la famille », renchérit la thérapeute.

Aborder le sujet
Durant sa conférence, Mme Foch discutera de l’importance de bien expliquer aux enfants ce qui se passe lorsqu’ils vivent une situation difficile. « Il ne faut pas les tenir à l’écart. Une dame m’a déjà dit que la vérité est le ciment de la confiance. Si ce n’est pas là, ils vont se sentir trahis, abandonnés ou encore rejetés. J’ai eu des messages de gens qui auraient aimé avoir rencontré des ressources en période difficile. »
Cette dernière a d’ailleurs vécu elle-même un deuil dans sa jeunesse. « Mes deux oncles sont morts dans une avalanche. Mon père a appris que ses deux frères étaient décédés par télégramme. J’ai compris toute la charge émotive qu’avait reçue mon père, mais je n’ai jamais eu de mots pour m’expliquer ce qui s’était passé. » n
Infos : www.salondelamort.ca

image