12 avril 2021
Otterburn Park perd de la vitalité
Par: Sarah-Eve Charland

Otterburn Park continue de perdre des places dans le palmarès de vitalité de l’Institut de la Statistique du Québec. Photothèque | L’Œil Régional ©

En moins de 20 ans, la Ville d’Otterburn Park est passée du 28e rang des villes les plus vitalisées au Québec au 192e rang. Alors que l’ensemble de la région a connu une croissance, Otterburn Park a stagné, observe le conseiller municipal Louis Côté.

Publicité
Activer le son

Au début du mois de mars, l’Institut de la statistique du Québec a dévoilé son nouveau palmarès de vitalité économique basé sur trois critères : la croissance démographique, le salaire médian des citoyens et le taux de travailleurs de 25 à 64 ans.

Selon M. Côté, la dégringolade a débuté en 2002. À l’époque, Otterburn Park se retrouvait au 28e rang à l’échelle québécoise. En 2012, la Ville s’est déplacée au 134e rang. Elle a atteint le 192e rang en 2018, année des plus récentes données.

La MRC de la Vallée-du-Richelieu connaît plutôt une tendance inverse. En 2002, la MRC a été classée au 10e range des MRC les plus vitalisées au Québec. Elle s’est retrouvée sur la troisième marche du podium en 2018. L’ensemble de la région se retrouve dans le quintile le plus vitalisé au Québec, à l’exception de Saint-Denis-sur-Richelieu, de Saint-Antoine-sur-Richelieu et de Saint-Jean-Baptiste, qui se retrouvent dans le deuxième quintile.

« Alors que notre MRC gagnait des places, notre ville en perdait. Pourquoi? Parce qu’on a stagné. Les élus, on regardait ça aller et on se disait que ça n’avait pas de bon sens. Il faut arrêter l’hémorragie et se tourner vers une croissance », souligne le conseiller municipal.

La population à Otterburn Park se situait à 8202 en 2002. Dix ans plus tard, elle atteignait 8502, mais est descendue à 8288 résidents en 2018.

M. Côté croit que le projet domiciliaire Le Patriote permettra de renverser la tendance. En plus d’accueillir de nombreux citoyens, il permettra de construire une épicerie et des commerces de proximité. Notons que le secteur commercial représente seulement 1,8 % des revenus de la Ville.

Indice de vitalité économique/rang à l’échelle québécoise
Carignan : 1er rang
Chambly : 15e rang
Belœil:  42e rang
Saint-Marc-sur-Richelieu:  54e rang
Saint-Mathieu-de-Belœil : 87e rang
Saint-Basile-le-Grand : 98e rang
McMasterville : 116e rang
Saint-Charles-sur-Richelieu : 117e rang
Mont-Saint-Hilaire : 124e rang
Otterburn Park : 192e rang
Saint-Antoine-sur-Richelieu : 252e rang
Saint-Denis-sur-Richelieu : 309e rang
Saint-Jean-Baptiste : 321e rang

image