28 avril 2021
Un autre nouveau parti verra le jour à Belœil
Nadine Viau briguera la mairie avec une équipe
Par: Denis Bélanger

Nadine Viau

Une nouvelle candidate fait son apparition dans le décor politique de Belœil. L’ancienne coordonnatrice au développement économique de Belœil Nadine Viau briguera la mairie avec un nouveau parti, Oser Belœil.

Publicité
Activer le son

Mme Viau a déposé une demande de réservation de nom auprès du Directeur général des élections du Québec (DGEQ). Le nom Oser Belœil est officiellement réservé depuis le 23 avril et la demande d’autorisation devrait être déposée cette semaine, selon l’aspirante mairesse. Elle assure avoir déjà une équipe complète et entend présenter très bientôt tous les membres.

Nadine Viau a travaillé à la Municipalité de Belœil de 2011 à 2020. Elle a débuté comme chargée de projet pour la revitalisation du cœur de Belœil. Elle a par la suite hérité du développement économique. Au cours des dernières années, elle a obtenu un diplôme de deuxième cycle à l’Université de Sherbrooke en développement local et régional et elle a aussi reçu son certificat officiel de développeur économique de l’Association en développement économique du Québec.

Elle a quitté son emploi à la Municipalité en mars 2020, en bons termes, après avoir été recrutée par la firme Stratégies immobilières LGP pour travailler partout au Québec en développement commercial et économique ainsi qu’en mobilisation stratégique. Avant de travailler à la Municipalité, Mme Viau avait œuvré dans le secteur communautaire, notamment à Montréal ainsi qu’à Saint-Hyacinthe.

Nadine Viau fait le saut en politique pour la première fois avec l’intention d’amener de nouvelles idées pour faire rayonner davantage Belœil. « Je trouve ça triste qu’on reste dans les carcans des dernières années et des propositions qui ont fait leur temps. J’ai envie de vent de changement et j’ai la tête qui déborde d’idées. J’ai envie d’un Belœil rassembleur. Je trouve que les derniers dossiers ont divisé la Municipalité. J’ai aussi envie d’audace. Avancer tranquillement dans le développement économique est un peu beige, je veux que nous allions une coche au- dessus. Belœil a tellement un potentiel qui n’est pas encore atteint », souligne-t-elle.

La plateforme électorale de Mme Viau n’est pas encore prête. L’Œil Régional l’a néanmoins invitée à présenter sa position sur l’avenir du Club de golf Belœil. « Je trouve ça dommage que ça ait pris deux ans avant de se positionner. Je ne comprends pas comment un espace vert peut être négociable. C’est un non-sens que d’aller vers un projet résidentiel. […] Je pense qu’une solution gagnant-gagnant est inévitable. Au sortir des élections, la première chose que je ferais, c’est de m’asseoir avec les électeurs pour trouver une solution adéquate. L’espace doit rester zoné vert, peu importe ce qui arrive au sport. »

De la congestion à Belœil

La lutte à Belœil pourrait possiblement se faire à cinq partis. Trois formations politiques sont déjà enregistrées auprès du DGEQ, soit Belœil c’est Nous, de Luc Cossette, l’Équipe Diane Lavoie — Belœil Gagnant et le Parti des citoyens de Belœil. Dans le cas de ce dernier, il s’agit de l’ancien parti de Rémi Landry qui a été bien peu actif sur la place publique ces dernières années, mais qui demeure une formation politique officiellement reconnue. Le chef intérimaire est Gérard Lapointe et le représentant officiel est Luc Hamel, un ancien candidat.

En plus de Oser Belœil, la formation politique Belœil debout, de Réginald Gagnon, devrait aussi s’ajouter à liste des partis officiels. Bien que M. Gagnon se soit fait plus discret sur diverses tribunes à la suite du rebondissement majeur dans le dossier du Golf, le conseiller municipal a réaffirmé son intention de se présenter à la mairie de Belœil. La demande d’autorisation devrait être déposée au mois de mai.

image