7 avril 2015
Mulligan International sera relocalisé temporairement
Par: L'Oeil Régional
Le bâtiment de l'entreprise Mulligan International, à Beloeil, a été détruit par un incendie samedi.

Le bâtiment de l'entreprise Mulligan International, à Beloeil, a été détruit par un incendie samedi.

La direction de Mulligan International de Belœil affirme que l’entreprise sera reconstruite et temporairement relocalisée, à la suite de l’incendie de samedi qui a complètement détruit leur bâtiment de la rue de l’Industrie contenant entre six et sept millions de balles de golf.

«Nous tenons à vous rassurer que le boulot reprendra sous peu et que vous êtes tous importants pour nous», a mentionné la direction à ses employés sur Facebook, dimanche dernier. […] Pour toute notre fidèle clientèle, nous vous tiendrons au courant de notre relocalisation temporaire, par le biais de notre site web et nous vous invitons à aller chercher nos produits chez nos partenaires clubs de golf et aussi dans tous les Walmart du Canada qui soutiennent notre industrie depuis maintenant une dizaine d’années», poursuit le message.

De leur côté, les pompiers poursuivaient toujours leur enquête en début de semaine afin de déterminer la cause de l’incendie. «Pour l’instant, on a toujours les informations de base (selon lesquelles) les employés auraient vu des étincelles provenant d’un néon», commente le directeur du service de sécurité incendie de la Ville de Belœil, Donald Lebrun.

«C’est tragique»

Des employés ont tenté d’éteindre le feu qui aurait pris naissance dans la mezzanine de l’entrepôt, mais sans succès. L’embrasement s’est généralisé et le bâtiment est une perte totale.

En entrevue au Journal de Montréal, le copropriétaire de l’entreprise de balles de golf recyclées, François Pouchet, a dit avoir été sur place au moment où le feu s’est déclaré. «On formait les étudiants saisonniers. Quand on a vu les flammes, on a vidé trois extincteurs, mais ça n’a rien donné. Le feu était trop gros. On a fait évacuer les gens tout de suite.»

M. Pouchet a confié avoir vu sa vie partir en fumée. «C’est tragique. Tout ce qu’on a bâti depuis plusieurs années vient de s’envoler. […] Ça va nous prendre un mois pour nous revirer de bord. Mais on ne lâchera pas. On espère que nos clients vont nous suivre et nous encourager.»

Rappelons que le feu a débuté vers 8h le 4 avril alors qu’une vingtaine d’employés s’y trouvaient. L’incendie a nécessité l’intervention de plus d’une centaine de pompiers provenant d’une dizaine de municipalités. Ils ont maîtrisé l’incendie vers minuit samedi, mais ont quitté définitivement les lieux dimanche vers midi. Les pompiers ont utilisé de la mousse pour mieux combattre le brasier.

Deux pompiers ont été blessés et transportés à l’hôpital pour des blessures mineures. Un employé de l’usine a aussi été incommodé.

En raison d’un important panache de fumée noire, l’autoroute 20 a été fermée dans les deux directions, à la hauteur de Belœil, pendant presque toute la journée de samedi. Une cinquantaine de résidences du quartier Les Bourgs de la Capitale ont aussi été évacuées par mesure préventive en après-midi jusqu’à 17h. Aucun résident n’aurait été incommodé par la fumée noire.

Les tests d’Urgences-Environnement ont confirmé que la fumée était non toxique. Une entreprise s’est aussi chargée de décontaminer les fossés en récupérant l’eau qui était souillée.

Avec la collaboration de Bruno Beauregard

image