21 juin 2016
Mont-Saint-Hilaire refuse l’offre de Sportscene
Par: Denis Bélanger
Le Complexe sportif Sportscene ne deviendra pas la propriété de la municipalité.

Le Complexe sportif Sportscene ne deviendra pas la propriété de la municipalité.

La Ville de Mont-Saint-Hilaire ne se portera pas acquéreuse du Complexe sportif Sportscene, le projet ayant été rejeté par la majorité des citoyens à l’issue de la consultation publique sur les grands investissements.

Le Groupe Sportscene avait approché la municipalité pour lui vendre l’infrastructure sportive qui contient notamment deux patinoires et des terrains de tennis. La Ville de Mont-Saint-Hilaire bénéficie déjà d’un droit de priorité de 30 jours après une éventuelle mise en vente du bâtiment dont l’évaluation municipale se situe à 5,5 M$.

En mai, le président de l’entreprise, Jean Bédard, avait mentionné que la vente de cette infrastructure aurait permis d’obtenir des capitaux additionnels pour accélérer le processus de transformation de l’image de marque de la chaîne de restaurants La Cage, qui a adopté un nouveau nom et logo l’an dernier. M. Bedard était prêt à se départir du Complexe sportif étant donné qu’il était moins stratégique que les autres actifs de l’entreprise, vu qu’elle ne possède pas d’autres arénas.

L’homme d’affaires avait toutefois spécifié que l’offre était valable seulement pour la Ville et qu’il n’avait pas l’intention de mettre une affiche à vendre ni de confier le dossier à un courtier. Position qui a été réitérée cette semaine par le directeur du Complexe, Yves Sansfaçon. «On fait de la bonne business ici». Évidemment, s’il y a une offre raisonnable sur la table, on va écouter. Jean Bédard, par le biais de ses entreprises, a acheté le Complexe en 2008.

De son côté, la municipalité va donc continuer de louer des heures de glace au Complexe. Pour la prochaine saison, l’entente est de 40,25 heures par semaine pendant 30 semaines au coût de 180 760,80$, soit au tarif de 235,5$ de l’heure.

Les loisirs, pas une priorité

Les résidents de Mont-Saint-Hilaire sont réticents à dépenser plus d’argent pour les loisirs. Parmi les autres projets rejetés par les citoyens dans le processus consultatif, on retrouvait également la construction d’une patinoire réfrigérée, l’aménagement d’une piscine extérieure et l’ajout d’un évènement culturel d’envergure semblable à la Fête nationale et au Land Art. Seulement deux projets sur les six abandonnés ne concernaient pas les loisirs, soit la gratuité pour tous du transport en commun local et le renforcement de patrouille de sécurité dans les parcs et espaces publics.

image