29 novembre 2018
Mont-Saint-Hilaire perd son directeur de l’urbanisme
Par: Denis Bélanger
Bernard Morel, lors d’une consultation publique portant sur le projet de développement de la rue Saint-Georges. Photo: Archives

Bernard Morel, lors d’une consultation publique portant sur le projet de développement de la rue Saint-Georges. Photo: Archives

La Ville de Mont-Saint-Hilaire a mis fin la semaine dernière, d’un commun accord, à son association avec son directeur de l’aménagement du territoire et de l’environnement, Bernard Morel, qui était en poste depuis plus de dix ans. Ce départ survient alors que plusieurs dossiers majeurs concernant le développement se retrouvent à l’agenda, dont les dossiers du centre-ville et de la Zone A-16.

Le maire Yves Corriveau s’est fait avare de commentaires sur les raisons qui ont mené à ce départ. Les deux parties ont d’ailleurs conclu une entente confidentielle. «On parle d’êtres humains ici. Je ne veux pas traiter de ce dossier sur la place publique.»
Malgré nos demandes, le journal n’a pas réussi à obtenir les montants des indemnités de départ du fonctionnaire ni son salaire annuel. Le journal déposera une demande d’accès aux documents dans les prochains jours.
M. Corriveau a bien voulu préciser que le litige opposant la municipalité à l’opérateur d’une cidrerie artisanale, Sébastien de Cavel, n’est aucunement relié au départ de Bernard Morel. «Ça n’a jamais fait partie des discussions.» Le nom de M. Morel a été mentionné souvent dans le dossier de M. de Cavel. Ce dernier a toujours prétendu que le fonctionnaire avait déposé une plainte au criminel contre lui pour avoir supposément tenu des propos menaçants. Le cidriculteur avait même aussi visé Bernard Morel dans la poursuite de 2 M$ qu’il avait intenté à l’automne notamment contre la Ville.
Un successeur temporaire sera désigné prochainement, mais le maire Yves Corriveau veut laisser s’écouler plusieurs mois avant d’embaucher une personne sur une base permanente. «Nous allons laisser le temps au futur nouveau directeur général d’arriver et de prendre connaissance du dossier et de voir sa philosophie. Est-ce qu’il voudra changer des choses ou restructurer?»

Du personnel compétent en place
En tant que directeur de l’aménagement du territoire et de l’environnement, Bernard Morel siégeait notamment au comité de l’avenir de la zone A-16 (CAZA-16) qui doit étudier plusieurs scénarios afin d’éviter la haute densité dans les zones blanches du secteur du chemin de la Montagne. On ignore pour l’instant qui le remplacera d’ailleurs au comité.
M. Morel assurait aussi la présentation de projets de règlements en séance de consultation publique. C’est lui qui avait livré aux citoyens les grandes lignes du plan d’urbanisme durable en février 2017 et, tout récemment, une synthèse de la première ébauche du plan particulier d’urbanisme du centre-ville qui, une fois adopté, pavera la voie au projet de développement sur la rue Saint-Georges.
Le maire Yves Corriveau assure que le travail va pouvoir bien se poursuivre grâce à la présence dans le service d’autres personnes compétentes. «Beaucoup de dossiers étaient traités par d’autres personnes et il y a des gens habiletés à continuer tous les dossiers que nous avons. La force de M. Morel a d’ailleurs été de pouvoir s’entourer de gens compétents et de les former.»

image