17 mai 2019
Œil sur le conseil
Mont-Saint-Hilaire en bref
Par: Denis Bélanger

Le maire de Mont-Saint-Hilaire, Yves Corriveau. Photothèque l L’Œil Régional ©

Le conseil municipal de Mont-Saint-Hilaire se réunissait en séance ordinaire le 6 mai. Voici quelques faits saillants.

Politique d’agriculture urbaine
La Ville devrait adopter sa politique d’agriculture urbaine en janvier 2020 qui aura pour nom « Ensemble cultivons Mont-Saint-Hilaire ». Selon un échéancier présenté au comité consultatif de l’environnement et du développement durable, des consultations et un sondage en ligne devraient être lancés cet automne. Cette politique visera l’agriculture à petite échelle ainsi que l’agriculture pratiquée en zone agricole sur de grandes exploitations.

Toujours pas de responsable des communications
Le directeur du Service du loisir et de la culture, Pierre Bergeron, continuera d’assumer les fonctions de directeur du service aux citoyens et des communications, en plus de ses fonctions liées aux loisirs. Il touchera à compter du 12 mai une prime salariale de 6 %. M. Bergeron occupait depuis la fin de l’année dernière les fonctions de directeur général par intérim, et a hérité des communications en cours de route à la suite de la démission de la directrice Isabelle Marnier en janvier dernier. Pendant l’intérim de la direction générale, M. Bergeron a bénéficié d’une prime de 10 %.

Plainte
La Ville vient de se doter d’une procédure portant sur la réception et l’examen des plaintes formulées dans le cadre de l’adjudication ou l’attribution d’un contrat visé. Ce mécanisme est devenu obligatoire à la suite de l’adoption en 2017 d’une loi instituant l’autorité des marchés publics pour favoriser une surveillance des contrats publics. Les soumissionnaires potentiels peuvent porter plainte pour tout contrat d’appel d’offres public dont le montant est de plus de 101 100 $. L’entreprise ou le consultant en question va pouvoir en premier déposer une plainte à la municipalité, au chef de division en approvisionnement. S’il est insatisfait de la réponse ou n’en obtient pas, il pourra se tourner vers l’autorité des marchés publics. Un soumissionnaire pourrait porter plainte aussi dans le cas où la Ville conclurait un contrat de gré à gré de plus de 101 000 $ avec un fournisseur unique.

Traverse piétonne sur le chemin des Patriotes
La municipalité a adopté un règlement d’emprunt de 216 200 $ pour l’aménagement d’une traverse piétonne sur le chemin des Patriotes, à l’intersection de la rue Sainte-Anne. Cette traverse permettra aux piétons provenant de Sainte-Anne de joindre l’autre côté de la rue et le quai en toute sécurité. Les travaux comprendront aussi le réaménagement des stationnements. La traverse sera aussi située entre deux panneaux de lecture et indicateur de vitesse qui seront installés sur le chemin des Patriotes.

Nouvelle politique pour les avis publics
La Ville de Mont-Saint-Hilaire ne publiera plus d’avis publics détaillés comme par le passé, tel que lui permet de le faire la Loi 122. La municipalité diffusera dans les médias locaux un message indiquant qu’un avis public est publié sur le site internet. Ce même avis pourra être consulté à l’hôtel de ville. « Nous allons pouvoir mettre beaucoup plus d’information. Avant, il fallait y aller au minimum », a commenté le maire Yves Corriveau.
Ce dernier a tenu à préciser qu’il voulait continuer à supporter le journal local. « Oui, ça va couter beaucoup moins cher. Nous nous sommes toutefois engagés à acheter de la publicité. Nous ne voulons pas réduire notre budget qui allait au journal, nous souhaitons le maintenir en vie. »
Le conseiller indépendant Louis Toner a demandé le vote, mais a été le seul élu à voter contre ce projet de résolution.

Rapport financier 2018
Le rapport financier de l’année 2018 déposé en séance du conseil rapporte un excédent de fonctionnement de 2,4 M$. Plusieurs éléments expliquent ce surplus, notamment des droits de mutation plus élevés que prévu de 1 M$, des ristournes de l’Autorité régionale de transport métropolitain et de la Régie intermunicipale de l’eau de la Vallée du Richelieu de 0,12 M$, des revenus d’intérêts plus élevés de 0,22 M$ et finalement un excédent de 0,26 M$ pour les organismes contrôlés. De plus, le conseil a appliqué des règles de gestion rigoureuses en planifiant différemment certains projets ou en les reportant à une autre année. n

image