22 novembre 2019
L’Œil sur le conseil
Mont-Saint-Hilaire en bref
Par: Denis Bélanger

La rue Saint-Georges.

Le conseil municipal de Mont-Saint-Hilaire se réunissait en séance ordinaire le 4 novembre dernier. Voici quelques faits saillants.

Pétition et projet à caractère durable
Impliqué dans le processus de consultation publique concernant des politiques environnementales de la Ville, le conseiller municipal Émile Grenon Gilbert a déposé une pétition signée par les élèves et le personnel de l’école secondaire Ozias-Leduc concernant la lutte contre les changements climatiques et la pollution environnementale. Après que tout le conseil municipal ait pris acte de la pétition, M. Grenon Gilbert a eu le feu vert d’annoncer la participation financière de Mont-Saint-Hilaire à un projet visant à doter la polyvalente d’une fontaine d’eau réfrigérée.

Un élu veut bannir un pesticide
Deux membres du comité consultatif sur l’environnement et du développement durable, dont le conseiller Émile Grenon Gilbert, souhaitent que les pesticides contenant du glyphosate soient interdits pour l’usage résidentiel. Ce produit est d’ailleurs reconnu par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) comme étant « probablement cancérigène pour l’être humain ». Un projet de recommandation devrait émerger de la prochaine réunion du comité.

Calendrier environnemental
L’employée municipale et secrétaire du comité consultatif sur l’environnement et du développement durable, Sarah Tremblay, propose que des célébrations environnementales soient planifiées tout au long de l’année 2020. Ce calendrier contiendrait à titre d’exemple le Jour de la Terre ou des évènements locaux orchestrés autour de la journée de distribution d’arbres.

5000 mètres carrés
La Ville a apporté des précisions concernant la superficie des bâtiments permise sur la rue Saint-Georges. Bien que la Municipalité ait fait part dès le début du processus d’élaboration du plan d’urbanisme durable (PUD) son intention d’imposer une limite de superficie, cette limite n’a jamais été incluse dans le règlement de zonage.

Lors des auditions devant la Commission municipale du Québec (servant à déterminer si le règlement de zonage adopté en lien avec le PUD était conforme) l’avocat de la Municipalité avait relevé que la limite du 5000 mètres carré était absente de la grille. Le juge administratif n’a toutefois pas inclus l’ajout de cette limite dans ce jugement.

Est-ce que cette absence de limite de superficie permettrait la construction d’un bâtiment de plus de 5000 mètres carrés sur Saint-Georges? La Ville fait remarquer que la réalité et la superficie du terrain viennent quand même limiter les possibilités de grandeur de bâtiment. Il est difficile de savoir si une limite de superficie pourrait être ajoutée ultérieurement alors que tous les règlements en lien avec le PPU et les travaux sur Saint-Georges sont suspendus pour au moins un an. Le maire Yves Corriveau n’a pas voulu commenter davantage puisque le doss

image