11 octobre 2019
Mont-Saint-Hilaire consulte ses citoyens pour l’environnement
Par: Denis Bélanger

Émile Grenon Gilbert. Photothèque | L’Œil Régional ©

La Ville de Mont-Saint-Hilaire lance une série de consultations pour l’élaboration de trois politiques environnementales. La première aura lieu le 15 octobre au pavillon Jordi-Bonet et portera sur la thématique de ville nourricière, alors que la Municipalité veut accoucher d’une politique d’agriculture urbaine.

Durant cet atelier, les citoyens pourront en apprendre davantage sur les actions qui favorisent l’accès à des aliments sains et sur l’évolution de l’offre alimentaire locale. Des partenaires du milieu, dont des représentants des agriculteurs et de la Table de solidarité alimentaire, seront sur place pour présenter ce qui se fait déjà sur le territoire de Mont-Saint-Hilaire et pour échanger des idées avec les participants.

« Nous sommes assis sur les terres les plus fertiles au Québec », ajoute le conseiller Émile Grenon Gilbert, qui agit à titre de porte-parole pour ce dossier. C’est mon dada [l’environnement], c’est la raison pour laquelle je me suis lancé en politique et ce sont les dossiers que je trouve les plus importants. Le Comité consultatif sur l’environnement a été capable d’aller chercher un consensus auprès du conseil municipal. »

Le 19 novembre, encore au pavillon Jordi-Bonet, les Hilairemontais pourront prendre connaissance de la nouvelle politique de développement durable qui vise à assurer un développement harmonieux de la ville. À la suite de la présentation de la politique, les citoyens pourront donner leur avis sur les actions qu’ils jugent prioritaires.

En janvier 2020, les discussions porteront sur la politique de gestion des milieux naturels. « Les citoyens peuvent commencerleur réflexion sur des idées qui permettraient de préserver et d’accroître la biodiversité sur le territoire de Mont-Saint-Hilaire, tout en assurant une cohabitation complémentaire et viable entre les différents usages », renchérit de son côté la Ville dans un communiqué.

Une bonne participation à prévoir
Émile Grenon Gilbert n’a pas peur que les gens boudent ces consultations par cynisme dans la foulée du projet de la rue Saint-Georges, dossier qui soulève des passions depuis des mois. « Dans le projet de la rue Saint-Georges, on n’a pas un bloc monolithique où un groupe d’une centaine de personnes croit la même chose. C’est divergent d’une personne à l’autre », nuance-t-il.

L’élu est plutôt sûr que la population répondra en grand nombre. « Ce sont des sujets qui touchent beaucoup la population. On l’a vu avec la marche à Montréal. Y a-t-il vraiment quelque chose

image