6 septembre 2016
Mont-Saint-Hilaire appuie la piscine de Belœil
Par: Karine Guillet
À deux semaines du scrutin référendaires, trois Villes ont démontré publiquement leur appui au projet du Oui.

À deux semaines du scrutin référendaires, trois Villes ont démontré publiquement leur appui au projet du Oui.

PISCINE. Après Saint-Mathieu-de-Beloeil et Otterburn Park, Mont-Saint-Hilaire plonge aussi dans le projet de piscine de Belœil, à deux semaines du scrutin référendaire.

Mont-Saint-Hilaire ne contribuera toutefois pas financièrement à la piscine. Il s’agit plutôt d’un échange de service entre les deux municipalités. Les résidents de Belœil et de Mont-Saint-Hilaire pourront accéder aux deux piscines au même tarif. Le maire de Mont-Saint-Hilaire, Yves Corriveau, rappelle d’ailleurs que les deux municipalités collaboraient déjà lorsque la piscine municipale était située à Mont-Saint-Hilaire.

Selon la mairesse de Belœil, Diane Lavoie, ce partenariat permettra d’offrir une plage horaire plus variée et d’une offre de service bonifiée.

Moins de revenus pour Beloeil

Membre de la coalition s’opposant au projet de piscine sur la rue Saint-Jean-Baptiste, Rémi Landry estime que ce partenariat n’aura pas d’impact à la baisse sur le règlement d’emprunt pour la construction d’une piscine et diminuera les revenus que Belœil tirera de son complexe. Il se questionne sur la pertinence pour les gens de Belœil d’aller se baigner à Mont-Saint-Hilaire alors qu’ils auront une piscine neuve. «Le complexe aquatique proposé desservira une population de 35 000 habitants, selon moi les seuls qui bénéficieront de cette entente sont les gens de Saint-Hilaire.»

Les autres villes réitèrent leur partenariat

Saint-Mathieu-de-Beloeil et Otterburn Park ont également tenu à réitérer leur appui à la municipalité de Belœil dans ce projet. Les citoyens de ces municipalités auront aussi accès à la future piscine pour le même tarif que ceux de Beloeil.

Des représentants du Oui ont applaudi l’annonce de partenariat.

Rémi Landry questionne toutefois la participation de ces villes. Il se demande  pourquoi la Ville de Belœil n’a pas encore conclu d’entente légale et conditionnelle à la participation de ces Villes. Il questionne également leur participation financière étalée sur 40 ans, alors que les citoyens de Belœil paieront les coûts de construction de ce bâtiment pendant 25 ans. Il craint de nouveau que les citoyens des autres municipalités ressortent gagnants de cette entente, au détriment de ceux de Belœil.

Otterburn en arrive aux mêmes conclusions

La mairesse d’Otterburn Park, Danielle Lavoie, a mentionné que la municipalité d’Otterburn Park avait fait réaliser de son côté une étude pour la construction d’une piscine. Elle croit que les coûts de constructions projetés par Belœil sont réalistes puisque l’étude commandée par Otterburn Park en arrive aux mêmes conclusions.

 

image