19 novembre 2015
Moins de jeunes obtiennent un diplôme en cinq ans
Par: Karine Guillet

ÉDUCATION. De plus en plus d’élèves du secondaire obtiennent un diplôme ou une qualification en sept ans à la Commission scolaire des Patriotes (CSP). Mais la proportion d’élèves qui réussissent à obtenir leur diplôme d’études secondaires en cinq ans est en régression.

Le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) calcule le taux de diplomation ou de qualification au secondaire en cinq, six ou sept ans. Alors que le taux de diplomation en cinq ans n’inclut que les élèves qui obtiennent un diplôme d’études secondaires (DES), celui en sept ans inclut le DES et ses équivalences, la formation professionnelle, la qualification pour les métiers semi-spécialisés et la qualification pour en formation préparatoire au travail.

Selon les plus récentes statistiques du MELS, le taux de sortie avec diplomation ou qualification en cinq ans a régressé d’environ 3% entre les cohortes de 2007 et 2009 dans la région. La proportion d’élèves diplômés en six ans a aussi un peu régressé entre 2007 et 2008.

En Montérégie, le taux de diplomation en cinq ans a aussi diminué pour près de la moitié des commissions scolaires. Dans l’ensemble des écoles publiques québécoises, on observe une légère progression de la diplomation en cinq ans sur ce même intervalle. Malgré cette diminution, le CSP se classe tout de même en haut de la moyenne québécoise des écoles publiques pour la diplomation en cinq ans, à 61,7%.  

Vers la formation professionnelle?

Cette baisse du taux de diplomation en cinq ans pourrait avoir un impact à la baisse sur le taux de diplomation et qualification en sept ans pour les prochaines années.  

Selon le directeur général adjoint de la CSP, Luc Lapointe, une baisse du taux d’obtention du DES en cinq ans pourrait vouloir dire que davantage de jeunes s’orientent vers la formation générale aux adultes ou en formation professionnelle, un parcours qui prend plus de cinq ans à compléter. Il soutient que la CSP préfère miser sur la diplomation en sept ans, puisqu’elle donne également un portrait des jeunes qui ont peut-être eu un parcours plus difficile, mais qui sont tout de même parvenus à obtenir une qualification.

Selon les statistiques du MELS, 81,5 % des élèves qui ont commencé leurs études en 2007 avaient obtenu un diplôme ou une qualification après sept ans. Il s’agit d’une augmentation de presque cinq points de pourcentage comparativement aux élèves qui avaient commencé leurs études en 2002.

«On fait en sorte que nos jeunes ne quittent pas le milieu scolaire, et vont poursuivre à la formation générale adulte ou à la formation professionnelle pour obtenir une qualification», explique-t-il.

Selon le rapport annuel de la CSP, le nombre de jeunes de moins de 20 ans inscrits en formation professionnelle est passé de 60 à 93 entre 2010-2011 et 2012-2013. En 2012-2013, la formation professionnelle comptait 63 élèves de moins de 20 ans.

Taux de diplomation et de qualification en cinq, six et sept ans par cohorte

Riverside en bonne posture

:Du côté anglophone, la proportion d’élèves de la cohorte de 2007 diplômés ou qualifiés après sept ans a régressé de presque trois points de pourcentage pour atteindre 83,3%.   

Malgré cette diminution, Riverside demeure tout de même la commission scolaire avec le plus haut taux de diplomation en Montérégie, juste devant la CSP.  Elle figure aussi parmi les six commissions scolaires avec le plus haut taux de diplomation au Québec.

image