2 décembre 2020
Moins de denrées alimentaires récoltées à la guignolée
Par: Denis Bélanger

Le contexte de la pandémie affecte même la guignolée des deux rives. Bien que le décompte officiel ne soit pas terminé, les équipes de bénévoles des Chevaliers de Colomb de Belœil et du Centre d’action bénévole de la Vallée-du-Richelieu (CABVR) ont récolté bien moins de denrées qu’à l’habitude lors de la fin de semaine du 21 et 22 novembre. Les Chevaliers de Colomb craignent que leur comptoir alimentaire ne puisse suffire à la demande que pendant quelques mois.

Publicité
Activer le son

D’un côté, les Chevaliers de Colomb, qui couvrent le territoire de Belœil, McMasterville et Saint-Mathieu-de-Beloeil, avaient décidé de ne pas frapper aux portes cette année en raison de la COVID-19. Une décision qui aura eu une influence sur la collecte alors que plusieurs citoyens ont tout simplement oublié d’aller porter leurs denrées. C’est du moins l’avis du Grand Chevalier Claude Lebrun.

« On a ramassé 20 % de ce qu’on récolte habituellement en argent et en denrées. La récolte en don a été de près de 10 000 $ et d’un plus de 17 000 $ en denrées. En denrées, on a à peu près habituellement 100 000 $. Nous étions une centaine de bénévoles, alors que normalement on était entre 400 et 500. »

La collecte des dons en argent n’est toutefois pas terminée et l’organisme doit encore aller récupérer des denrées dans plusieurs écoles de la région. « Nous serons en mesure aussi d’offrir cette année les paniers de Noël. Comme nous le faisons depuis plusieurs années, nous laissons les gens monter leur panier », renchérit M. Lebrun.

Ce dernier se dit néanmoins inquiet à long terme. « Nous serons en mesure de nourrir les gens pendant quelques mois. Mais là, il va y avoir des travailleurs saisonniers qui vont être sans travail. Nous n’aurons pas le choix de faire une autre collecte cet été. Nous allons étudier fortement la possibilité d’aller cogner aux portes. »

De l’autre côté, le CABVR, qui a reçu des denrées de six municipalités, note une baisse de denrées. Mais le directeur général Patrick Thibert se fait moins alarmiste. « Nous avons un local différent que par les années passées. C’est dur d’évaluer précisément, car je n’ai plus les mêmes points de repère. De plus, selon la comptabilité, les gens auraient donné plus en argent. La collecte de dons et de denrées se poursuit d’ailleurs. »
Notons que le CABVR ne fait que recevoir les denrées et assurer le tri. Ce sont des comités locaux qui s’occupent de la collecte. Les équipes de Mont-Saint-Hilaire, Otterburn Park, Saint-Jean-Baptiste et Saint-Marc-sur-Richelieu ont pris la décision d’aller cogner aux portes des gens. Seuls Saint-Denis et Saint-Charles-sur-Richelieu ont opté pour un lieu de dépôt général. « Il semblerait que des gens avaient laissé des boîtes aux portes puisque nous avons vu quelques notes sur les boîtes de denrées », ajoute M. Thibert.

image