6 mai 2016
Médecins recherchés à Saint-Basile-le-Grand
Par: Denis Bélanger
Une pétition de 1357 signatures a été déposée à l'Assemblée nationale au début d'avril par le député caquiste de Chambly, Jean-François Roberge.

Une pétition de 1357 signatures a été déposée à l'Assemblée nationale au début d'avril par le député caquiste de Chambly, Jean-François Roberge.

Saint-Basile-le-Grand n’échappe pas à la pénurie de médecins. À la fin de l’année, il ne devrait rester qu’un médecin à la clinique médicale pour s’occuper de patients grandbasilois. Une situation fort préoccupante aux yeux de Serge Michel Rathle et de Guy Raymond, qui ont fait circuler dernièrement une pétition pour inciter le gouvernement à agir.

Deux départs à la retraite n’ont toujours pas été comblés au Centre médical Saint-Basile. La liste de patients orphelins s’allongera le 31 décembre alors que le Dr Pierre Lamoureux prendra sa retraite. Il y restera trois médecins, mais deux d’entre eux ont surtout des patients de Saint-Bruno-de-Montarville.

Une pétition de 1357 signatures a été déposée à l’Assemblée nationale au début d’avril par le député caquiste de Chambly, Jean-François Roberge. Il a également déposé une copie de la résolution adoptée en mars par la Ville de Saint-Basile-le-Grand pour appuyer les démarches de MM. Rathle et Raymond.  

«Plusieurs des pétitions déposées à l’Assemblée nationale ne dépassent pas les 500 signatures. Dans notre cas, le message est d’autant plus fort que le texte se penchait sur une problématique spécifique à une municipalité, qui compte un peu plus de 17 000 habitants» avait alors déclaré M. Roberge. «Ce n’est certainement pas la dernière fois que je m’entretiendrai avec le ministre à ce sujet. La situation actuelle est intenable et met en péril l’accessibilité aux soins de santé des citoyennes et citoyens.»

Selon le député Roberge, la pénurie de médecins amène les citoyens à être pris en charge par un médecin à Saint-Hyacinthe. «Or, le trajet entre Saint-Basile-le-Grand et Saint-Hyacinthe peut prendre jusqu’à 45 minutes. C’est une distance déraisonnable à parcourir et qui décourage les Grandbasilois plus vulnérables, qui sont pourtant ceux qui ont le plus besoin des services d’un médecin.»

Touché personnellement

Pour l’octogénaire Serge Michel Rathle, un médecin de famille est plus que nécessaire puisqu’il a été victime d’un AVC. «J’ai été emmené à Pierre-Boucher. Quand j’ai dit au cardiologue que j’étais sans médecin de famille, il m’a dit que je devais en avoir un. J’ai été recommandé à quelqu’un à Longueuil et j’ai un rendez-vous prochainement.»

Du côté de Guy Raymond, un ancien conseiller municipal, le sujet n’est pas nouveau. «En 2007, j’ai fait des interventions auprès du conseil. On avait alors réussi à faire des ententes pour mettre sur pied des bureaux d’infirmières. Le médecin qui était derrière ça n’est plus aujourd’hui, se rappelle M. Raymond. La situation est maintenant inquiétante; le gouvernement attend quoi pour agir?»

MM. Rathle et Raymond avancent qu’ils n’ont pas eu de suite dans ce dossier depuis le dépôt de la pétition.

image