6 janvier 2016
McMasterville espère toujours une patinoire réfrigérée
Par: Denis Bélanger
Patinoire de McMasterville.

Patinoire de McMasterville.

Les conditions météorologiques douces de décembre renforcent la pertinence d’aménager une patinoire réfrigérée au parc Ensoleillé à McMasterville.

«Plus ça va aller, plus nous aurons de la misère à avoir de gros froids», lance d’amblée le maire Gilles Plante.

Rappelons que la municipalité a effectué en juillet dernier une demande formelle de subvention pour le projet dans le cadre de la troisième phase du Programme de soutien aux installations récréatives et sportives du ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

«Le projet est évalué autour de 1,2 M$. Nous avions déjà fait la demande en 2014. Les fonds étaient écoulés, mais on ne nous avait pas dit non, ajoute M. Plante. Ce qui m’encourage, pour l’instant, est que rien n’est encore sorti (pour le programme en 2015).»

La patinoire de McMasterville, recouverte d’un toit en bois, peut être utilisée plus longtemps dans l’année. «Si le projet se concrétise, pas question d’enlever le toit. Il n’est pas non plus notre intention de recouvrir complètement la patinoire pour en faire un aréna. C’est un très beau projet, surtout avec la présence d’écoles», renchérit le maire Plante.

Les patinoires réfrigérées risquent de se multiplier en provinces. La Ville de Drummondville vient d’inaugurer la sienne en décembre. De plus, le Canadien de Montréal en installe depuis plusieurs années déjà. Mais oubliez McMasterville pour le programme du Tricolore, la municipalité ne répondait pas aux critères de cette initiative qui vise d’abord les milieux défavorisés.

Conditions  favorables

Selon le porte-parole de la Ville de Beloeil, Louis-Jacques Pineault, pour avoir une glace praticable, le mercure doit passer sous les -10°C pendant au moins deux jours consécutifs et la température ne doit pas être supérieure au point de congélation durant les 14 jours suivants.

«Lorsque la météo nous accorde ces paramètres, l’arrosage peut enfin débuter. Les employés arrosent par couches, quelques millimètres à la fois, une patinoire après l’autre, en laissant le temps à l’eau de geler avant de revenir à la première. Ainsi, jusqu’à l’obtention d’une épaisseur minimale d’un pouce avant de pouvoir patiner. Concrètement, il faut en moyenne cinq à six jours pour avoir des glaces praticables.»

Les patinoires extérieures de Mont-Saint-Hilaire et Beloeil sont ouvertes depuis mercredi.

 

 

Moins de jours d’utilisation

L’an dernier, les conditions météorologiques ont entraîné une baisse de jours d’utilisation pour les patinoires extérieures à McMasterville, Beloeil, Mont-Saint-Hilaire et Otterburn Park.

C’était à Beloeil que la différence entre les deux saisons précédentes avait été la plus grande, soit 22 jours d’utilisation de moins en 2014-2015 qu’en 2013-2014. C’était aussi à Belœil que la saison avait été la plus courte avec 47 jours praticables. Les surfaces glacées n’avaient pu être prêtes officiellement qu’à partir du 9 janvier 2015.

image