1 septembre 2021
Résidente de Mont-Saint-Hilaire
Marie-Andrée Poulin change de vie
Par: Olivier Dénommée
C’est un nouveau chapitre qui s’amorce pour l’Hilairemontaise Marie-Andrée Poulin, qui retourne maintenant à l’enseignement après de longues années à la télé.
Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

C’est un nouveau chapitre qui s’amorce pour l’Hilairemontaise Marie-Andrée Poulin, qui retourne maintenant à l’enseignement après de longues années à la télé. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

Celle que l’on a connue comme animatrice et chroniqueuse sur les ondes de TVA ces dix dernières années a fait sa dernière intervention à la télé vendredi avant de tirer sa révérence. Elle retourne dès cet automne à ses premières amours, l’enseignement, et c’est à l’école de l’Aquarelle de Mont-Saint-Hilaire qu’il sera désormais possible de la voir.

Publicité
Activer le son

Même s’il en a surpris plusieurs, ce changement est loin d’être soudain pour Marie-Andrée Poulin, qui a eu l’occasion de goûter à nouveau à l’enseignement pendant la dernière année. « Peu de gens le savent, mais j’ai un baccalauréat en enseignement et j’ai enseigné de 2003 à 2011 en parallèle à ma carrière dans les médias, jusqu’à ce que ça prenne toute la place à mon arrivée à TVA. […] Avec ma petite famille, on a quitté le centre-ville de Montréal pour s’installer à Mont-Saint-Hilaire il y a un an et j’avais des journées de congé à cause de la pandémie et j’ai proposé à la directrice de l’école de donner un coup de main s’il y avait un besoin. »

Vu les besoins criants dans le domaine de l’enseignement, elle a rapidement été sollicitée pour offrir du soutien pédagogique à l’école de l’Aquarelle, son école de quartier, et ça a été un coup de cœur instantané pour Marie-Andrée Poulin. « C’était tellement stimulant, ça m’a donné l’impression que je faisais ma part dans la société, que je faisais une différence. C’est valorisant et les enfants nous ramènent à l’essentiel », commente-t-elle sur son expérience.

La réflexion d’un nouveau mode de vie s’est par la suite intensifiée et elle en est venue à la décision qu’il était temps pour elle de réorienter sa carrière. Marie-Andrée Poulin admet que le déménagement à Mont-Saint-Hilaire a probablement contribué à influencer sa décision. « On s’est installés ici et, instantanément, on a gagné en qualité de vie. S’éloigner du centre-ville de Montréal m’a donné un pas de recul et tout était placé pour que l’on puisse vraiment profiter de la vie. […] Je suis complètement en paix avec ma décision : si j’avais encore eu un doute, je ne l’aurais pas fait », assure celle qui « ferme une porte, mais laisse les fenêtres grandes ouvertes » quant à l’avenir.

Rentrée en famille
Marie-Andrée Poulin l’avoue, elle est pour la première fois à la maison pour la rentrée de sa fille, déjà âgée de 7 ans. « Pendant toutes ces années, ma famille a composé avec mes absences et mes horaires atypiques. J’avais envie de me rattraper et de passer du temps de qualité avec mon chum et ma fille. Je vais profiter de la rentrée pour me reposer un peu et vivre ma transition. » Pour commencer, elle devrait faire de la suppléance à l’école de l’Aquarelle, mais pourrait très bien se voir offrir une charge plus importante selon les besoins de l’école. « Je ne sais pas ce qui m’attend exactement, mais c’est parfait comme ça! »

Départ serein
L’animatrice a longuement mûri sa décision avant son départ le 27 août et ses collègues, devenus amis, ont été mis au courant le mois dernier. « J’avais un pincement au début, mais [vendredi] j’étais prête et je m’étais dit “profites-en”! Ça s’est super bien passé et j’étais en paix avec ma décision. » Elle a aussi eu droit à de très bons mots de ses collègues, à commencer par le chef d’antenne Michel Jean qui a été le premier à ébruiter la nouvelle.

« J’ai toujours pensé que, si le métier voulait de moi, c’est que je devais y aller. Ça a été mon moteur pendant des années. […] Je suis entourée de survivants du cancer. Je sais que la santé, on n’en a qu’une, alors je me suis demandé de quoi j’avais envie maintenant. Et à 40 ans, après 10 ans à faire ce métier avec cœur, passion et dévouement, je me suis sentie prête à tourner la page. » Elle quitte l’univers de la télé la tête haute, avec le sentiment du travail accompli et avec la certitude qu’elle peut apporter quelque chose aux jeunes générations.

image