8 avril 2021
Marcel Leboeuf : candidat aux élections
Par: Denis Bélanger

Marcel Leboeuf

Quatre ans après avoir flirté avec l’idée de se présenter aux élections municipales, le comédien de Mont-Saint-Hilaire Marcel Leboeuf décide de tenter le coup. Il déposera sa candidature pour un poste de conseiller pour le parti Mouvement citoyen.

Publicité
Activer le son

Depuis le début de la pandémie, M. Lebœuf se fait solliciter pour se lancer en politique municipale. Il reconnaît avoir éprouvé encore cette fois de l’hésitation dans sa réflexion, car il craint de ne pas s’y connaître suffisamment pour occuper la fonction. « J’y ai repensé, et je me suis dit que, si je ne l’essayais pas, je ne saurais jamais de quoi il en retourne. […] Il y a bien des élus qui arrivent au début et qui connaissent peu les dossiers. Mon bon ami Louis Villeneuve a commencé comme conseiller à Bromont et il est maintenant maire. »

Demeurant à Mont-Saint-Hilaire depuis 2006, Marcel Leboeuf s’est impliqué dans le milieu, notamment dans des comités à vocation culturelle. Il a d’ailleurs fait un don au Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire de la maison familiale de l’artiste peintre Ozias Leduc qu’il venait d’acquérir. Il a été aussi membre de l’Association des citoyens de Mont-Saint-Hilaire (ACMSH) et a fait quelques interventions durant les séances ordinaires du conseil municipal, notamment sur l’avenir de la zone A-16.

Il exploite aussi un vignoble sur le chemin Ozias-Leduc. À une certaine époque, il voulait construire un bâtiment pour fabriquer son vin, mais il a finalement renoncé à ce projet. « Je fais de la gelée avec mon raisin. Je n’écarte pas non plus de le vendre un jour, mais je ne fabriquerai pas de vin sur mon vignoble. Je prône la préservation de la zone A-16 et, en bonne conscience, je ne pouvais justifier de construire une cabane sur le terrain en question. »

L’aspirant conseiller veut apporter un discours axé sur le développement durable. « Nous sommes à la croisée des chemins en protection de l’environnement. Je crois en l’agriculture urbaine. Il est aussi important de préserver le piémont de Mont-Saint-Hilaire », énumère-t-il.

Marcel Leboeuf insiste sur le fait qu’il fera campagne au sein d’une équipe. « Ce n’est pas Marcel qui fonde un parti. Carole Blouin est la chef de file. Moi, je ne suis que le soldat. Je me retrouve avec un groupe de personnes qui partagent les mêmes idées et objectifs et avec lesquelles je m’entends bien. »

image