20 mai 2016
Loi 76: une nouvelle taxe pour les automobilistes du 450
Par: L'Oeil Régional
La contribution des automobilistes de la région pour le transport en commun devrait bondir de 150%.

La contribution des automobilistes de la région pour le transport en commun devrait bondir de 150%.

Le député de Borduas Simon Jolin-Barrette dénonce la nouvelle taxe sur l'immatriculation.

Le député de Borduas Simon Jolin-Barrette dénonce la nouvelle taxe sur l'immatriculation.

Les automobilistes de la région pourraient se voir imposer une nouvelle taxe de 45$ sur l’immatriculation afin de financer le transport en commun.

L’adoption du projet de loi de 76 sur la gouvernance du transport en commun dans la région métropolitaine permettra à la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) de réclamer un frais supplémentaire aux conducteurs de ses 82 municipalités membres, telles que Belœil, Mont-Saint-Hilaire et McMasterville.

C’est un montant qui s’ajouterait aux 30$ déjà exigés sur l’immatriculation. La contribution au transport en commun des automobilistes du 450 augmenterait ainsi de 150%, selon le député caquiste de Borduas, Simon Jolin-Barrette. La Coalition avenir Québec avait demandé le retrait de cette taxe du projet loi 76, adoptée jeudi à l’Assemblée nationale.

«On pénalise les gens parce qu’ils habitent proche de Montréal, mais ça ne veut pas nécessairement dire qu’ils utilisent le transport en commun. Le réseau devrait être financé d’une autre façon. D’arrêter de financer le réseau en taxant davantage les contribuables», fait valoir M. Jolin-Barrette.

Selon lui, le gouvernement pourrait économiser en faisant un «ménage» dans l’attribution des contrats au ministère des Transports.

À Montréal, les automobilistes paient depuis 2011 un total de 75$ sur l’immatriculation pour le transport en commun.

Abolition du CITVR

L’adoption de la loi 76 annonce aussi la fin des 13 Conseils intermunicipaux de transports, dont celui de la Vallée du Richelieu (CITVR). Ils seront regroupés au sein du Réseau de transport métropolitain (RTM) qui assumera l’exploitation des trains et des autobus des couronnes Sud et Nord.

La CMM confirme que le personnel des CIT sera intégré au futur RTM. Personne ne devrait perdre son emploi.

L’Agence métropolitaine de transport sera aussi remplacée par le RTM et l’Autorité régionale de transport métropolitain. Le nombre d’organismes de transport dans la région de Montréal passera en fait de 16 à 5.  

La mairesse de Belœil et présidente du CITVR, Diane Lavoie, n’a pas rappelé L’Œil Régional pour commenter l’adoption de la loi 76.

Cet hiver, Mme Lavoie disait craindre que l’abolition du CITVR entraîne une perte de proximité avec les usagers et une absence de droit de regard sur les dépenses.

image