29 mai 2019
L’intemporelle Monique Vermont au Café du passeur
Par: Olivier Dénommée
Monique Vermont est un exemple de ténacité, elle qui revient sur scène des années après avoir été « mise au rencart ». D’autres spectacles suivront après celui organisé au Café du passeur. Photo Annie Beauregard | L’Œil Régional ©

Monique Vermont est un exemple de ténacité, elle qui revient sur scène des années après avoir été « mise au rencart ». D’autres spectacles suivront après celui organisé au Café du passeur. Photo Annie Beauregard | L’Œil Régional ©

Artiste incontournable des années 60 et 70, la chanteuse et actrice Monique Vermont s’était faite plus discrète ces dernières années, s’adonnant surtout à la peinture et à l’écriture de nouvelles chansons. Mais après une performance à la Salle Claude-Léveillée de la Place des Arts fin 2017, son désir de revenir à l’avant-scène s’est manifesté de nouveau. Elle sera le 7 juin au Café du passeur pour y interpréter des classiques de la chanson française et de ses propres compositions.

Pour l’occasion, Monique Vermont sera simplement accompagnée du pianiste Jean Wiedrick, avec qui elle collabore fréquemment depuis 4 ans. « Ensemble, nous livrerons environ 1 h 30 de musique. C’est beaucoup, mais je pense que ça vaut la peine de donner un bon show dans un endroit comme le Café du passeur, qui me rappelle beaucoup l’atmosphère des boîtes à chansons », confie l’artiste en entrevue. Le spectacle du 7 juin débutera avec des chansons que le public connaît avant de passer à ses propres chansons, une façon de montrer sa propre évolution comme artiste au fil des années.
Mme Vermont promet une performance empreinte de complicité, autant avec son pianiste qu’avec le public présent, qu’elle compte entendre chanter les morceaux plus connus de son répertoire. Elle devrait notamment jouer « La robineuse », ce morceau « écrit sur mesure » pour elle lorsqu’elle était dans sa jeune vingtaine, ou encore « Viendra le jour sur la rivière Yamaska », composition inspirée par la rivière près de son lieu de résidence depuis une dizaine d’années, Saint-Hyacinthe. « Gilles Vigneault m’a dit que cette chanson était belle, alors je vais le croire! », précise-t-elle.

Toujours en évolution
Ce spectacle est toujours en construction et pourrait prendre une autre tournure d’ici la prochaine année. « Mon but, c’est que dans les prochains mois, je puisse présenter un spectacle seulement avec mes chansons », admet celle qui a écrit des dizaines de chansons ces dernières années, dont plusieurs qui n’ont pas encore été mises en musique. D’autres musiciens pourraient éventuellement aussi s’ajouter pour apporter une nouvelle couleur aux arrangements de ses chansons qui, dans plusieurs cas, sont intemporelles et n’ont pas pris une ride.
En fait, ce spectacle est à l’image de l’artiste elle-même, qui a toujours continué d’évoluer sans jamais perdre son cœur d’enfant. « Je suis une passionnée et je suis mes rêves. Ça sera ainsi jusqu’à ma mort », assure celle qui espère voir autant de gens qui l’ont connue pendant ses années fastes que les jeunes qui auront pour la première fois la chance de la découvrir. « Les artistes plus vieux ont beaucoup à apprendre à la jeune génération », rappelle-t-elle.
L’invitation est donc lancée le vendredi 7 juin, à compter de 19 h, dans l’intimité du Café du passeur de Mont-Saint-Hilaire. L’entrée est de 15 $ (contribution suggérée) et la salle ne prendra aucune réservation. « Venez rire, vous détendre, chanter et vivre la magie de ce spectacle avec moi », conclut Monique Vermont.

image