6 décembre 2018
Lincoln MKC 2019 : petit luxe
Par: Marc Bouchard

Photo Lincoln Canada

Lincoln a un nouveau visage. Tous les véhicules de la marque (ou presque) ont en effet adopté le nouveau style, la grille distinctive et les nouvelles capacités de la famille. Une bonne chose, diront les mauvaises langues qui ne sont pas nécessairement la clientèle cible, ce qui n’est pas tout à fait faux. Et un changement qui fait aussi grand bien au petit Lincoln MKC, un intéressant petit véhicule qui vieillissait rapidement.

Fort heureusement, les changements pour 2019, sans être majeurs, ont au moins la capacité de renouveler le look du MKC qui est, précisons-le, beaucoup plus qu’un simple Escape rebadgé. S’il est vrai que certaines versions partagent la même motorisation (notamment un moteur turbo de 2,0 litres développant 245 chevaux), il faut savoir que le MKC propose aussi une version plus vitaminée, dotée cette fois d’une motorisation de 2,3 litres turbo (merci Ecoboost) qui plafonne à 285 chevaux et 301 livres-pied de couple.

Précisons que toutes les versions marient le moteur avec une boîte automatique 6 vitesses et un rouage intégral, mais que la version la moins puissante bénéficie de pneus de plus petites dimensions, soit 18 pouces contre 19 en version haut de gamme. Notons que, dans les deux cas, la capacité de remorquage est similaire, soit environ 3000 livres.

Le vrai Lincoln

Une fois ces choses dites, puisqu’il faut bien regarder la fiche technique avant de parler du véhicule, c’est la conduite et le confort qui font de ce Lincoln MKC un achat à considérer. Confort, d’abord, parce que les matériaux sont en général de bonne qualité, et que la finition est quasi sans reproche.

Il est vrai que le plastique dur qui entoure l’écran central est un peu moins attrayant et risque de se rayer au moindre choc avec un objet un peu pointu (je pense notamment ici aux bagues avec des pierres, par exemple), mais la planche de bord est recouverte de matériaux un peu plus nobles, et certaines appliques de bois viennent donner une allure un peu plus sophistiquée à l’ensemble.

Un bon mot aussi pour la qualité des sièges, qui se sont montrés enveloppants, mais pas nécessairement fortement soutenants en conduite dynamique. En revanche, la multiplicité de possibilités de réglages, le chauffage et la ventilation des assises apportent un certain confort qu’on ne peut négliger.

Les passagers arrière n’ont pas un espace si abondant, mais les sièges sont quand même confortables, et l’insonorisation de l’habitacle rend le séjour agréable, dans les limites de la taille du véhicule, évidemment.

Quant au système audio, il faut lui reconnaître de grandes qualités. Le THX II, depuis longtemps associé à Lincoln, continue d’être précis et de rendre justice aux pièces musicales qu’on lui soumet. La connectivité généralisée du système permet aussi une écoute musicale en Bluetooth à partir du téléphone intelligent sans devoir exécuter des millions de manœuvres, ce qui a bien plu à Fiston qui nous a soumis son choix musical plus souvent que je ne l’aurais souhaité.

Sur la route

Le petit Lincoln MKC partage avec ses grands frères le silence de roulement. Bien sûr, sa petite taille rend un peu plus sautillante la randonnée, surtout sur chaussée accidentée, mais dans l’ensemble, le comportement est stable et prévisible.

Les accélérations sont correctes, les freinages un peu longuets en raison d’une pédale spongieuse, mais peu de réels reproches à formuler contre ce petit multisegment dont la mission est essentiellement le confort.

En fait, mon seul mais important bémol, c’est la consommation de carburant. À son volant, j’ai quitté la maison pour me rendre dans la région de Québec. Résultat : une consommation moyenne de 12,1 litres aux 100 kilomètres (ce qui s’est traduit par un demi-réservoir sur le chemin de l’aller seulement), et même si l’essentiel du parcours s’est effectué sur autoroute, dans les limites de la vitesse permise.

En résumé

J’avoue avoir été agréablement surpris de la personnalité du Lincoln MKC 2019. Les améliorations apportées le rendent plus joli, le confort est de mise et la conduite tout à fait correcte. Dans un créneau hautement compétitif, il est capable de plaire aux amateurs de conduite luxueuse, qui ne veulent pas de grand format et qui sont capables d’oublier que l’appellation Lincoln n’est plus vieillissante.

Seul son prix fait un peu frémir. Mais c’est sans doute le prix à payer pour un changement de personnalité.

image