20 juillet 2020
Tentative de meurtre à Mont-Saint-Hilaire
Liberté refusée à Jean-François Malo
Par: Denis Bélanger

Les événements se seraient déroulés en mars 2020. Photothèque/Vincent Guilbault | L’œil Régional ©

Accusé d’avoir commandité une tentative de meurtre contre un avocat de Mont-Saint-Hilaire, Jean-François Malo demeurera derrière les barreaux en attendant son procès. Il s’est vu refuser sa remise en liberté la semaine dernière.

Publicité
Activer le son

Le dossier devrait revenir au palais de justice de Saint-Hyacinthe pour la suite du dossier. Malo, un homme d’affaires de 41 ans de Joliette, devrait toutefois comparaître par visioconférence. En plus de l’accusation de tentative de meurtre, le suspect fait face à trois autres chefs d’accusation, soit d’avoir déchargé une arme à feu, d’avoir agi de manière à provoquer la peur sur une personne du système judiciaire ainsi que d’avoir eu l’intention d’entraver le cours de la justice en usant de la violence.

Rappelons que c’est Nicholas Daudelin qui a été la cible du crime commis le 26 mars à Mont-Saint-Hilaire. Deux individus s’étaient rendus à sa résidence de la rue des Passerins et la cible avait été atteinte par un projectile dans la jambe.

À l’emploi du cabinet de LCM Avocats, Me Daudelin représentait le Mouvement Desjardins dans un litige au civil intenté contre Jean-François Malo pour lui réclamer plusieurs millions de dollars. Au moment du crime, Nicholas Daudelin venait d’avoir gain de cause contre Jean-François Malo à la Cour d’appel.

Deux suspects toujours derrière les verrous

Rappelons que deux autres hommes se sont retrouvés en détention en lien avec la tentative de meurtre, soit Cheikh Ahmed Tidiane Ndiaye, un homme de 40 ans de Longueuil, et Daouda Dieng, 35 ans de Brossard. Ils font face aux mêmes chefs d’accusation que Jean-François Malo. Au moment de mettre sous presse, le processus de l’enquête de remise en liberté n’était pas terminé et le dossier devait revenir à la cour le 13 juillet.

Ndiaye et Dieng ont été arrêtés le 16 juin par la Sûreté du Québec en compagnie de deux autres individus qui ont été libérés sous promesse de comparaître. Trois jours plus tard, la SQ incarcérait Jean-François Malo.

image