29 avril 2015
L’essence pèse lourd dans la balance
Par: L'Oeil Régional
Certains citoyens qui habitent des municipalités à proximité de la frontière américaine ou encore près des limites de l'Ontario ou du Nouveau-Brunswick bénéficient de «rabais» sur l'essence.

Certains citoyens qui habitent des municipalités à proximité de la frontière américaine ou encore près des limites de l'Ontario ou du Nouveau-Brunswick bénéficient de «rabais» sur l'essence.

L’essence alourdit également la facture des citoyens. «Les taxes sur l’essence influencent certainement le fardeau fiscal selon les régions», soutient Isabelle Sévigny, directrice principale recherche fiscale chez Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT).

Sur chaque litre d’essence, le gouvernement fédéral impose une taxe de 0,10$ à laquelle s’ajoute celle du gouvernement provincial de 0,192$. Pour les Montréalais, une troisième taxe municipale vient gonfler le prix d’un autre 0,03$. Tout ça sans oublier les TPS et TVQ calculées sur la valeur totale.

Certains citoyens qui habitent des municipalités à proximité de la frontière américaine ou encore près des limites de l’Ontario ou du Nouveau-Brunswick bénéficient de «rabais» sur l’essence.

Le budget déposé par le ministre des Finances Carlos Leitao, le 26 mars dernier, est venu bonifier ces réductions de taxes. Depuis le 1er avril, les stations-service situées à moins de 5 km de la frontière américaine bénéficient d’un rabais de 0,12$ par litre, le rabais est réduit à 0,08$ entre 5 et 15 km, puis à 0,03$ entre 15 et 20 km.

Près de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick, les rabais consentis aux automobilistes représentent 0,08$ par litre à moins de 5 km, 0,06$ entre 5 et 10 km, 0,04$ entre 10 et 15km et 0,02$ entre 15 et 20 km.

Le coût varie même dans la région.  L’essence est souvent moins chère de quelques cents le litre à Sainte-Madeleine, qu’à Mont-Saint-Hilaire, qui sont séparées par moins d’une dizaine de kilomètres. 

image