9 avril 2020
Les Villes poursuivent les embauches d’été
Par: Denis Bélanger

McMasterville doit notamment embaucher des sauveteurs d’été pour sa piscine extérieure. Photothèque | L’Œil Régional ©

Malgré la pandémie, plusieurs municipalités de la région poursuivent le recrutement pour combler les différents emplois d’été.

Publicité
Activer le son

Belœil, Mont-Saint-Hilaire et McMasterville ont déjà réussi à pourvoir plusieurs postes. « Nous avions plusieurs moniteurs et sauveteurs qui avaient manifesté leur intérêt à revenir travailler avec nous », rapporte le directeur général de McMasterville, Sébastien Gagnon.

« Le recrutement pour nos préposés aux terrains sportifs était complété. Pour l’instant, nous sommes en collaboration avec les différents organismes sportifs utilisant nos plateaux sportifs et nous nous préparons à une saison estivale, mais retardée dans le temps », informe de son côté la porte-parole de Mont-Saint-Hilaire, Julie Benjamin.

À Belœil, les gestionnaires ne doivent que pourvoir une quinzaine de postes, sur une centaine d’ouverts, pour les camps de jour. Otterburn Park s’est aussi lancé en mode recrutement, mais avec un peu de retard.

Méthodes différentes

Les mesures de confinement obligent les villes à modifier leurs façons de faire. Elles ont passé des entrevues d’embauche par vidéoconférence. Mont-Saint-Hilaire a demandé à ses candidats de camps de jour d’envoyer une vidéo. Cette dernière Municipalité envisage aussi différentes options pour former ses animateurs à distance.

Pas d’annulation pour le moment

Malgré les incertitudes qui planent à ce moment, les municipalités refusent pour l’instant de tirer une croix sur l’organisation des camps de jour. « Nous considérons qu’il est nécessaire de continuer à nous préparer en vue d’une saison, qu’elle soit écourtée ou non », maintient M. Gagnon. La Ville de Mont-Saint-Hilaire a de son côté simplement retardé les inscriptions. « Nous travaillons toujours sur différents scénarios. En fonction du développement des mesures gouvernementales, nous ajusterons notre offre de services », renchérit Mme Benjamin.

image