13 juin 2018
Les Vergers Petit et Fils dans le menu de La Cage
Par: Denis Bélanger

Stéphane Petit. Photo: François Larivière

Les pommes du mont Saint-Hilaire seront maintenant dégustées un peu partout sur les comptoir de La Cage – Brasserie sportive. Les Vergers Petit et Fils viennent de lancer un nouveau cidre, le Rabaska, qui est servi exclusivement cet été dans tous les restaurants de la chaîne québécoise.

ette percée dans la restauration est une suite logique au déploiement des produits de marque St-Hil lancés il y a quelques années dans le secteur de l’alimentation. Aujourd’hui, on retrouve environ 600 points de ventes dans les épiceries comme Métro, IGA et boutiques spécialisées.

«Nous cherchions un grand réseau. Les discussions avec La Cage ont commencé il y a deux ans, mais elles ont été sérieuses cet automne, souligne le propriétaire de la cidrerie, Stéphane Petit. Ç’a créé un volume intéressant et accroit de façon significative notre production. C’est une belle visibilité et notoriété pour nous d’être associé à la chaîne de restaurants.»

Outre la Cage, l’entreprise de M. Petit réussit à percer les tablettes des Costco. D’ici l’été, on devrait retrouver dans toutes les succursales de Costco un cidre mousseux. Pour mener les différents projets de distribution à terme, Les Vergers Petit et Fils ont entrepris un projet d’agrandissement des bâtiments.

«On a acheté aussi des nouveaux équipements plus performant, notamment des nouvelles cuves et un système pour les kegs (fût). On a aussi embauché une nouvelle personne. Avec tous les projets, la production devrait doubler», poursuit l’entrepreneur qui laisse entendre que d’autres projets ou nouvelles pourraient être annoncées prochainement.

Un partenariat de proximité
Les discussions entre la Cage et Les Vergers Petit et Fils ont été entamées alors que les deux entreprises étaient voisines. Le Groupe Sportscene, propriétaire de la chaîne de restaurants, avait auparavant son atelier de fabrication des décors sur le chemin de la Montagne. Le bâtiment a d’ailleurs été racheté par la suite par M. Petit qui l’utilise comme entrepôt sec.

L’ajout du cidre au menu de La Cage s’inscrit dans la vague de changements de la chaîne qui a remodelé son image et modifié son menu pour faire place aux produis québécois. «Jean Bédard, de Sportscene, adore les produits du terroir et il est aussi un fier Maskoutain, souligne le chef Louis-François Marcotte, qui a été recruté par la chaîne de restaurants il y a trois ans. Nous voulions aussi intégrer un cidre, qui connaît un regain et est en forte croissance partout. Évidemment, au Québec, il y a un certain retard.»

Pour accoucher du nom du cidre, les parties impliquées ont donné le mandat à une firme spécialisée en la matière. Rabaska, un canot typique du Québec, est ressortie comme un nom gagnant. «Ça faisait référence au sport et au Québec. Toutes les étapes de la production sont faites ici», ajoute Stéphane Petit. C’est de plus un cidre qui se distingue, car il a le plus haut pourcentage de pomme Macintosh et il est moins sucré.»

Après l’été, le Rabaska sera déployé dans d’autres endroits et sera probablement vendu en format canette.

image