23 novembre 2017
Les travaux de l’urgence en retard; l’hôpital garde le cap pour 2020
Par: Karine Guillet

L'annonce de la nouvelle urgence avait été faite il y a presqu'un an. photo: Archives

Alors que les travaux de la nouvelle urgence de l’hôpital Honoré-Mercier de Saint-Hyacinthe devaient débuter au début de l’année prochaine, le Centre intégré de santé et de service sociaux Montérégie-Est (CISSSME) n’a pas encore terminé les plans et devis. Malgré le retard, le CISSSME vise livrer l’urgence pour 2020.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, avait donné le feu vert l’an dernier à un projet d’agrandissement et de rénovation de l’hôpital de 45 M$ qui devait faire passer la superficie de l’urgence de 1300 m2 à la grandeur d’une urgence normale de 7300 m2.

Il semble toutefois y avoir une confusion sur la date de livraison de la nouvelle urgence. En rencontre avec les médias, jeudi, la PDG du CISSSME, Louise Potvin a d’abord indiqué que la livraison de l’urgence était prévue pour 2021, alors qu’en décembre dernier, on avait plutôt indiqué une livraison pour 2020. «C’est sur qu’on veut toujours que ce soit le plus tôt possible. Ce matin, on a vérifié et on est à 2021», a-t-elle annoncé.

Vendredi matin, la porte-parole du CISSSME Catherine Latendresse a plutôt indiqué que le centre de santé prévoyait «récupérer le retard au cours des prochaines années et livrer pour 2020», confirmant que le projet d’agrandissement rencontre du retard au niveau des premières étapes. La porte-parole n’a toutefois pas été en mesure d’expliquer la raison des retards.

Plans et devis à peaufiner

Selon la planification initiale, les appels d’offres pour la construction et l’agrandissement de l’urgence devaient être lancés à la fin de l’année. Les premiers coups de pelle pour la construction de l’urgence devaient quant à eux s’amorcer au début de 2018.

Présentement, le projet est encore loin d’une première pelletée de terre. La PDG a indiqué qu’elle compte rencontrer les employés et des usagers au début de l’année pour modéliser l’urgence en tenant compte de la circulation à l’intérieur et à l’extérieur de la clientèle, des déplacements du personnel et des interventions. Les plans dessinés pour l’agrandissement de l’urgence, en 2010, ne sont plus à jour.

«La vision qu’on avait des besoins, c’est peut-être différent aujourd’hui avec les GMF (groupes de médecine familiale). On reprend l’exercice pour s’assurer qu’au moment où on va travailler sur les plans définitifs, on va vraiment dessiner de façon idéale notre urgence», a expliqué Mme Potvin.

Selon la présidente du syndicat des professionnelles en soins de la Montérégie-Est affilié à la FIQ, Cynthia Pothier, le projet génère beaucoup d’enthousiasme du côté du personnel à l’urgence. Il y aurait d’ailleurs eu beaucoup de rencontres.

Les appels d’offres pour la construction devraient être lancés par la suite. La construction devrait s’échelonner sur au moins deux ans, a indiqué Mme Potvin.

Le député caquiste de Borduas, Simon Jolin-Barrette, a indiqué qu’il effectuerait un suivi serré de la situation.

image