21 juin 2018
Les Grandes Crues au Festibel
Les rires couleront à flots
Par: Olivier Dénommée
La magie des Grandes Crues (Marie-Lyne Joncas et Ève Côté) opère le mieux devant une salle de quelques centaines de spectateurs, de préférence avec un verre à la main, mais elles comptent en surprendre quelques-uns en formule spectacle extérieur. Photo: Archives

La magie des Grandes Crues (Marie-Lyne Joncas et Ève Côté) opère le mieux devant une salle de quelques centaines de spectateurs, de préférence avec un verre à la main, mais elles comptent en surprendre quelques-uns en formule spectacle extérieur. Photo: Archives

L’humour sera de nouveau à l’honneur lors du spectacle de clôture de la 13e édition du Festibel le 8 juillet. Sur une même scène, il sera possible d’entendre les meilleures blagues de Adib Alkhalidey, Les Grandes Crues, Rosalie Vaillancourt, Martin Vachon, Mario Tessier, Korine Côté et Guy Nantel.

Parmi cette brochette d’artistes, les membres des Grandes Crues, Ève Côté et Marie-Lyne Joncas, jouissent d’une visibilité de plus en plus importante au Québec, particulièrement depuis leur première montréalaise le mois dernier. Leur passage au Festibel est une occasion parfaite pour elles de faire connaître leur style cru, mais bien dosé où elles se présentent comme deux jeunes trentenaires qui jasent sans tabou lors d’un 5 à 7 en buvant du vin. Au fur et à mesure que le spectacle avance, les langues se délient et des sujets plus corsés sont abordés. «On a joué à quelques reprises lors de spectacles extérieurs et ça se transpose très bien: même pas besoin d’adapter notre matériel», rassurent les humoristes, même si elles sont plus habituées de jouer en formule cabaret.
La soirée du 8 juillet, sous forme de gala, permettra aux différents humoristes invités de présenter quelques dizaines de minutes de leur matériel, une formule qui plaît bien aux Crues. «Même s’il y a des gens qui ne nous connaissent pas encore, on sait au moins qu’ils sont là pour rire! Ce sera plus facile que la fois où on a joué en première partie du rappeur Loud», se souvient le duo.

Nostalgie belœilloise
Si les Grandes Crues ont essentiellement joué dans l’intimité de la Maison de la culture Villebon à Belœil, une de ses membres connaît bien la région, puisque Marie-Lyne Joncas y a vécu pendant quelques années. «Après le show, c’est certain qu’on va faire un tour au Septembre, pratiquement l’endroit où j’ai vécu pendant cinq ans!», lance-t-elle en riant.
Les Grandes Crues espèrent que la population belœilloise répondra présente à la soirée de clôture pour vivre ensemble un moment qui s’annonce mémorable. «Une telle brochette d’artistes, c’est un moment unique à vivre!», promettent-elles. Pour plus de détails sur le 13e Festibel: festibel.ca.

image