25 janvier 2019
Les résultats en lecture s’améliorent
Par: Sarah-Eve Charland
Vietnamese girl reading many books before exam

Le nombre d’élèves ayant obtenu la note de passage lors des épreuves en français a augmenté en 2017. Photothèque | L’Œil Régional ©

Après avoir connu une baisse constante des résultats en lecture au secondaire depuis plusieurs années, la Commission scolaire des Patriotes (CSP) a réussi à inverser la tendance alors que le nombre d’élèves ayant obtenu la note de passage a augmenté en 2017 pour atteindre 86 %.

La CSP a dévoilé les résultats les plus récents dans son rapport annuel 2017-2018. Il y a six ans, le taux de réussite atteignait 90 % et a descendu de 10 points en cinq ans. Les taux de réussite compilés incluent les examens de reprise en août et en janvier.
« Ce sont de beaux résultats. Ça fait quelques années que les gens en éducation constatent que les résultats de l’épreuve sont influencés par la thématique. Parfois, elle est inspirante. Des fois, elle l’est moins », explique le directeur général de la CSP, Luc Lapointe.
La thématique est déterminée par le ministère de l’Éducation. La CSP peut également agir, ajoute M. Lapointe, notamment en ajoutant des ressources comme les orthopédagogues, pour accompagner les enseignants.
« On a assurément le fruit de nos efforts qu’on a mis depuis quatre ou cinq ans. Il reste toujours des efforts à faire. On observe que l’écart entre les filles et les garçons se creuse malgré l’amélioration du taux de réussite », ajoute M. Lapointe.
Écart entre les garçons et les filles
Il peut y avoir jusqu’à 15 points de pourcentage de différence entre les taux de réussite des garçons et des filles selon les épreuves en français et le niveau. Selon l’analyse de la CSP, l’écart se manifeste tôt dès le primaire.
« On s’est doté d’indicateurs qui vont nous permettre de suivre les écarts en temps réel pour voir non seulement les élèves en échec, mais aussi ceux à risque. L’ensemble des intervenants se concentrera sur ces élèves pour que l’écart diminue chaque année », mentionne-t-il.
Ce dernier observe également des écarts avec les élèves ayant un plan d’intervention. « Ils sont surreprésentés dans ceux en échec ou à risque. Il s’agit de mettre en place des interventions préventives et précoces. »
La CSP a adopté son plan d’engagement vers la réussite en juin 2018. Elle élabore actuellement les moyens visant à améliorer les résultats qui seront mis en application en septembre 2019. La CSP espère constater une augmentation du nombre d’élèves ayant la note de passage d’ici deux ans.
Le taux de diplomation global avant l’âge de 20 ans se situe a 80 %. Le taux de décrochage se maintient à 9,3 %.

image