4 mars 2021
Les projets de constructions d’écoles soumis à une consultation
Par: Sarah-Eve Charland
L'école se fera à distance mercredi.

Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

À l’avenir, le Centre de services scolaire des Patriotes (CSSP) tiendra des consultations auprès des villes et des MRC afin de mieux suivre l’évolution des populations et des développements immobiliers dans la planification de constructions et d’agrandissements d’écoles.

Publicité
Activer le son

Des modifications ont été apportées à la Loi sur l’instruction publique. Le CSSP n’a pas attendu que ces modifications entrent en vigueur pour mettre en place le processus de consultation. Ce processus a pour objectif, notamment, de mieux cibler les terrains qui pourront être cédés par les villes aux centres de services scolaires.

Le CSSP a soumis un document exhaustif à l’ensemble des municipalités de son territoire sur les besoins en espace dans ses écoles. Les municipalités et les MRC ont été appelées à transmettre les prévisions des développements immobiliers afin de mettre à jour le document. Après une révision et une adoption par le conseil administratif du CSSP, le document sera soumis à une consultation avant d’être envoyé au ministère de l’Éducation. Cela permet au CSSP d’impliquer les élèves, les employés, les parents et les citoyens tôt dans le processus de planification des différents projets de gestion d’infrastructures scolaires.

Auparavant, le CSSP procédait différemment. Il consultait de façon ponctuelle les villes où des demandes d’ajout d’espace étaient déposées auprès du Ministère.

« C’est une démarche plus complète. Ça permet, à mon avis, une meilleure planification autant de notre côté que du côté des villes qui peuvent voir venir les besoins. Elles pourront planifier un terrain à céder. Ce document va être mis à jour chaque année », affirme le directeur général du CSSP, Luc Lapointe.

Bien que cela permette de mieux suivre les développements immobiliers, les centres de services scolaires ne pourront pas utiliser ces données pour faire des demandes de constructions ou d’agrandissements, selon M. Lapointe. Comme cela a été le cas à Paul-Émile-Borduas et au Cœur-des-Monts, le CSSP n’a pas pu prendre en compte le développement immobilier pour planifier leur construction. Paul-Émile-Borduas a ouvert ses portes à pleine capacité, alors que l’école au Cœur-des-Monts a débordé après son ouverture.

« Pour avoir la meilleure intégration possible [des développements immobiliers], il manquerait une étape qui n’est pas prise en considération par le ministère de l’Éducation. Les projets domiciliaires, on les nomme [quand on fait des demandes], mais dans les paramètres qui nous permettent de faire des ajouts d’espace, ce n’est pas considéré. Au Ministère, pour que ce soit justifié de faire une demande d’ajout d’espace, on doit prendre en considération les prévisions d’enfants qui habitent les municipalités données », mentionne M. Lapointe.

Afin de pallier ce manque, le CSSP construit les écoles de façon à ce qu’elle puisse être agrandie quand le terrain le permet. « À ce moment-là, ça devient plus facile de demander un financement pour un agrandissement. On le prévoit dans la conception des écoles. Ce n’est pas tellement compliqué quand le terrain est propice pour le faire. »

Nouvelle école à Belœil

Les démarches pour la nouvelle école dans le secteur Belœil, Saint-Mathieu-de-Belœil et McMasterville suivent leur cours. Les démarches ont débuté avant la mise en place de ces consultations. L’emplacement de l’école n’est pas encore connu.

« À Belœil, c’est un entre-deux. Il y a effectivement une croissance. Cette demande [construction d’une nouvelle école] couvre un territoire qui comprend trois municipalités. Depuis l’automne, on est en discussion avec les trois municipalités. Actuellement, on est beaucoup en discussion avec la Municipalité de Belœil pour voir les possibilités. »

image