10 mai 2020
Les poules permises à McMasterville dès mai
Par: Denis Bélanger

Un maximum de 15 propriétaires pourront avoir chacun pas plus de trois poules dans le cadre d’un projet pilote à McMasterville. Photothèque | L’Œil Régional ©

Quelques citoyens de McMasterville pourront avoir des poules en périmètre urbain dès cette année grâce à l’adoption d’un projet pilote qui commencera le 1er mai et se terminera le 30 avril 2021.

Publicité
Activer le son

« Cela nous permettra d’évaluer l’acceptabilité sociale et d’évaluer si le projet doit être continué », a déclaré le maire Martin Dulac le 20 avril.

En vertu de ce projet, 15 propriétaires de maison unifamiliale ou d’habitation unifamiliale jumelée auront le droit de posséder trois poules sur leur propriété. Les premiers arrivés seront les premiers servis.

Les participants devront installer leur poulailler à deux mètres de tout bâtiment, de ligne de terrain, de modules de jeux ou d’autres structures accessoires dans la cour. Le projet pilote ne spécifie toutefois pas qu’il doit s’agir de poules pondeuses, mais interdit l’abattage de poules.

« Le règlement vient encadrer cette activité pour éviter que ça crée des nuisances pour le voisinage et assurer le bien-être animal, a renchéri M. Dulac. Je suis confiant que le projet sera une réussite. On l’a vu ailleurs et ça fonctionne bien. »

McMasterville travaille sur ce projet depuis l’automne dernier. « Dans le dernier mois, nous avons reçu plusieurs demandes à la Municipalité pour savoir quelle était notre règlementation à ce niveau-là. Je ne sais pas ce qui se passe, mais il y a clairement un engouement pour avoir des poules à la maison », a ajouté le maire.

La COVID-19 change les plans

Au départ, la Municipalité devait modifier son règlement de zonage pour permettre les poules en périmètre urbain. Les élus avaient d’ailleurs adopté les premières résolutions en mars, avant que le Québec ne soit mis sur pause en raison de la COVID-19. Un changement de zonage implique toutefois un processus consultatif et peut être soumis à une tenue de registre. Une séance de consultation publique était d’ailleurs prévue pour le 20 avril. « Comme nous ne pouvions pas tenir ces consultations, nous avons changé pour un projet pilote », renchérit Martin Dulac, qui confirme que le changement est tout à fait légal.

Rappelons que McMasterville n’est pas la seule Municipalité de la Vallée-du-Richelieu à vouloir modifier ses règles cette année pour permettre les poules en zone urbaine. La Municipalité de Saint-Jean-Baptiste estimait pouvoir adopter un règlement en avril ou mai, un échéancier établi avant la pandémie, mais la mairesse Marilyn Nadeau a souligné qu’un règlement serait adopté.

image