29 avril 2015
Les pompiers devront être formés davantage
Par: Karine Guillet
L'effrondrement d'un mur avait gravement blessé un pompier de Saint-Basile-le-Grand

L'effrondrement d'un mur avait gravement blessé un pompier de Saint-Basile-le-Grand

POMPIER. Les pompiers de Belœil, Mont-Saint-Hilaire, Saint-Basile-le-Grand, McMasterville et Belœil suivront une formation sur le comportement des structures en bâtiments. Cette exigence découle de l’enquête de la Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST) en lien avec l’incendie survenu en août dernier à Mont-Saint-Hilaire au cours duquel un pompier avait été blessé gravement.

Selon la porte-parole de la Ville de Mont-Saint-Hilaire, Audrey Collin, toutes les municipalités qui participent à l’entente de déploiement multi-caserne seront tenues de suivre cette formation de 16 heures sur le comportement des structures des bâtiments. La formation est commencée depuis le mois de mars et devrait se terminer en juin. Elle est donnée par Patrick Bertrand, un expert en structure de bâtiment du service de sécurité incendie de la Ville de Montréal

Cette formation touche 36 pompiers de Mont-Saint-Hilaire ainsi que 31 pompiers et cadres-officiers d’Otterburn Park. À Belœil, 43 pompiers, incluant les gestionnaires, auront complété la formation d’ici juin.

La porte-parole de la CSST, Héloïse Bernier-Leduc, explique que différentes interventions ont été effectuées auprès des services de sécurité incendie des cinq villes impliquées dans l’entente de déploiement multi-caserne. «Les interventions visaient à ce que les employeurs aient l’organisation du travail nécessaire pour que les pompiers puissent agir en toute sécurité lors du risque d’effondrement d’un mur.»

Revoir la communication

Les pompiers ont aussi revu leur méthode de communication lorsqu’ils sont en mode multi-caserne à la suite de l’analyse, a exigé la CSST.

Selon la porte-parole de la Ville d’Otterburn Park, Jenifer Brault, l’ampleur de l’incendie survenu en août dernier a fait ressortir des lacunes du côté des communications.  «Les cinq Villes n’avaient pas exactement les mêmes directives opérationnelles.»

Mont-Saint-Hilaire

Mont-Saint-Hilaire a dû s’assurer que tous ses pompiers et officiers avaient les qualifications nécessaires pour exercer leurs fonctions. Mme Bernier-Leduc précise que Mont-Saint-Hilaire a d’ailleurs mandaté l’École nationale des pompiers du Québec pour faire une étude sur les membres du personnel.

La Commission a également exigé de Mont-Saint-Hilaire qu’elle établisse un système de commandement clairement défini lors des interventions. Des démarches sont en cours à la ville pour souscrire à cette exigence, confirme Mme Bernier Leduc.

Rappelons que deux pompiers de Saint-Basile-le-Grand avaient été blessés, dont l’un gravement lors de l’effondrement d’un mur, lors de l’incendie qui a détruit un centre commercial sur la route 116, à Mont-Saint-Hilaire. À la suite de l’accident, une enquête de la CSST et une enquête indépendante pour le compte de la ville de Saint-Basile-le-Grand ont eu lieu pour déterminer les causes de l’accident.

image