27 novembre 2019
Les opérations de déneigement seront bonifiées à Belœil
Par: Sarah-Eve Charland
Belœil avait déjà dépassé son budget annuel pour le déneigement en mai dernier. Photothèque | L’Œil Régional ©

Belœil avait déjà dépassé son budget annuel pour le déneigement en mai dernier. Photothèque | L’Œil Régional ©

Le budget de déneigement pour 2019 à Belœil est déjà dépassé même si l’année n’est pas encore terminée. Malgré tout, la Ville assure être prête à affronter l’hiver alors qu’elle dit avoir développé des solutions aux problèmes rencontrés dans les opérations de déneigement.

’enlèvement de la neige, le soufflage, le transport et l’épandage d’abrasif avait entraîné des dépenses de 504 656 $ en date du 31 mai. Les dépenses engendrées dans les dernières semaines n’étaient pas encore comptabilisées. Belœil avait planifié un budget de 503 100 $ pour l’ensemble de l’année 2019. Ces montants n’incluent pas les salaires.
« Cela signifie que l’enveloppe budgétaire pour 2019 est déjà dépensée. La Ville conserve toutefois une réserve dans ses surplus pour se prémunir de façon proactive et être parée à ces imprévus météorologiques », précise la porte-parole de la Ville de Belœil, Caroline Nguyen Minh.
Les coûts fixes, comme l’essence, la main-d’œuvre et les contrats privés sont indexés annuellement. Les abrasifs représentent une part de budget de 172 700 $. En date du 31 mai, la Ville avait enregistré des dépenses à 162 225 $ pour l’épandage d’abrasif.
Belœil consulte trois sites de prévisions météorologiques afin d’estimer la bonne quantité d’abrasifs et optimiser ses opérations en plus de surveiller des secteurs problématiques par le biais de caméras, comme le Vieux-Belœil. La Ville possède également deux stations météo qui servent de sondes pour compiler la quantité de neige au sol, la température du sol et la température de l’air ambiant. Cela permettrait aux équipes de connaître avec plus de précision le type de mélange d’abrasifs à utiliser à l’épandage.
En période hivernale, 24 des 25 employés des travaux publics sont affectés au déneigement et seul le mécanicien reste au garage pour réparer les bris. « Avec 100 % de nos effectifs sur le terrain, il faut aussi composer avec la réalité de la loi interdisant aux opérateurs de véhicules lourds de travailler plus de 16 heures, incluant une période maximale de 13 h de conduite sans avoir eu au moins 8 h de repos. La loi exige également que nos équipes doivent obligatoirement prendre un repos de 24 heures après avoir atteint 70 heures de travail, et ce, également pour une question de santé et sécurité au travail », mentionne Mme Nguyen Minh. Entre novembre 2018 et mars 2019, on dénombre 51 jours de cycles de gel et dégel. Les équipes doivent donc intervenir rapidement pour notamment déglacer les puisards. Cela engendre du temps supplémentaire pour dégager les puisards avant que les rues deviennent submergées d’eau de pluie et qu’ensuite une autre période de gel rende ces rues glacées, ajoute-t-elle. « Il faut donc comprendre que la plage horaire s’avère très restreinte pour déglacer le territoire selon les aléas de dame Nature. »

Plans d’action
La Ville de Belœil a élaboré des pistes de solutions à partir des commentaires des citoyens et en collaboration avec le service des travaux publics. Parmi celles-ci, la Ville retiendra les services d’un contremaître de nuit afin de planifier la saison hivernale et assurer pendant six mois la supervision des opérations.
La fréquence des opérations de déglaçage des rues locales sera augmentée grâce à l’ajout de deux niveleuses. La Ville, qui loue ces équipements, a obtenu une garantie de disponibilité de 340 heures, comparativement à 144 heures l’année précédente. Ces niveleuses permettront de dégager les puisards identifiés problématiques. La Ville a aussi ajouté un contrat pour le déblaiement et l’épandage d’abrasifs sur les trottoirs. Belœil avait effectué l’achat d’un nouveau brise-glace. Selon Mme Nguyen Minh, la Ville avait reçu l’équipement vers la fin de l’hiver et n’avait pas pu constater les effets positifs de cette acquisition. L’utilisation du brise-glace permet d’égaliser la surface de la route sans en abîmer son revêtement. Son efficacité s’avère optimale quand les températures extérieures varient entre 0 degré Celsius et -9 degrés Celsius.
Finalement, la Ville poursuivra sa campagne de sensibilisation afin d’expliquer les enjeux sociétaux, économiques et environnementaux du déneigement, souligne la porte-parole.

Stationnement hivernal
Afin d’aider le travail des déneigeurs, Belœil rappelle aux citoyens de respecter l’interdiction de stationner son véhicule dans les rues la nuit, sauf en cas de levée d’interdiction. « Lorsqu’il y a des autos stationnées dans la rue la nuit, cela a un impact important sur les opérations de déneigement sur rue et même pour les chenillettes affectées au déneigement des trottoirs qui doivent débarquer du trottoir pour contourner l’obstacle » souligne la Ville.
Belœil s’est donc donné le droit cette année de remorquer les automobiles fautives en plus de donner un constat d’infraction au propriétaire du véhicule. Le citoyen doit s’informer tous les jours s’il y a une levée d’interdiction ou non. Du 1er décembre 2018 au 31 mars 2019, sur le territoire de Belœil, on a remis 220 constats d’infraction.

image