31 janvier 2020
Les municipalités rurales en décroissance
Par: Sarah-Eve Charland

Alors que la ville de Belœil semble accueillir de façon exponentielle de nouveaux résidents, près de la moitié des municipalités de la région ont plutôt connu une décroissance selon les nouvelles données du gouvernement du Québec.

Publicité
Activer le son

Le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation publie le décret, en début de chaque année, listant la population des municipalités. Le ministère rappelle toutefois que ces données ne doivent pas être utilisées à des fins d’analyse ou d’aménagement du territoire.

Belœil, à elle seule, a connu une augmentation de 691 personnes au sein de sa population. Mont-Saint-Hilaire compte maintenant 19 002 habitants. Saint-Basile-le-Grand a aussi une hausse marquée avec 83 nouveaux résidents.

Bien que l’Observation Grand Montréal ait dévoilé une étude sur l’intensification de l’étalement urbain dans les municipalités en pourtour de la Communauté métropolitaine de Montréal, il semble que Saint-Antoine-sur-Richelieu, Saint-Charles-sur-Richelieu, Saint-Denis-sur-Richelieu et Saint-Marc-sur-Richelieu ne suivent pas cette tendance. Elles ont toutes connu une diminution de leur population comparativement à l’année précédente. Notons que, dans cette étude, on soutient que Saint-Antoine (54,9 %), Saint-Marc (59,5 %) et Saint-Charles (49,5 %) font partie des municipalités ayant la plus forte proportion de la population qui navette vers un lieu de travail se situant sur le territoire de la CMM.

À Saint-Denis-sur-Richelieu, cette diminution n’inquiète pas outre mesure, selon la mairesse Ginette Thibault. On estime que 96 % du territoire de la municipalité est à usage agricole, ce qui laisse peu de place aux développements résidentiels. Il resterait un secteur zoné blanc qui permettrait de construire une cinquantaine de nouvelles maisons. Pour le moment, il n’y a pas de projet de développement résidentiel en cours.

Otterburn Park et Saint-Mathieu-de-Belœil font également face à une diminution constante de leur population au cours des dernières années. Otterburn Park ne s’explique pas la cause de cette baisse autre que le vieillissement de la population. Elle mise aussi sur le projet de développement Le Patriote pour minimiser la tendance. Saint-Mathieu-de-Belœil ne connaît pas la cause de la diminution.

« À la Municipalité, on constate qu’il y a eu quelques maisons en chantier au cours des dernières années. On a des projets sur la table à dessin pour d’autres constructions domiciliaires. J’anticipe une augmentation de la population au cours des prochaines années », mentionne le maire de Saint-Mathieu-de-Belœil, Normand Teasdale.

image