15 juin 2018
Nouvelle politique à l’OMH Belœil
Les locataires devront payer les réparations de certains bris
Par: Denis Bélanger

L’OMH ne facturera pas les réparations des éléments de plomberie défectueux causées par l’usure habituelle. Photo: Pixabay

L’Office municipal d’habitation (OMH) de Belœil a adopté cette année une politique de réparation de ses logements qui oblige les locataires à puiser dans leur portefeuille pour des bris qui ne sont pas attribuables à l’usure. Cette politique n’est toutefois pas unique dans le milieu des OMH.

Un locataire devra ainsi débourser 50 $ pour le remplacement d’une moustiquaire brisée par le locataire, 10 $ pour changer une ampoule et 30 $ pour déboucher une toilette en temps normal. En situation d’urgence, cette opération entrainera des frais de 90 $. «C’est une politique qu’on va appliquer avec discernement et jugement. On va facturer le débouchage de toilette si on découvre, à titre d’exemple, que quelqu’un y avait laissé de la litière à chat», explique la directrice de l’OMH Belœil, Anik Dionne.

Si c’est la première fois que c’est «écrit noir sur blanc», le principe de la politique est appliqué depuis plusieurs années. «Nous avons regardé les prix ailleurs pour faire la grille. Pour certaines réparations d’urgence, le prix est élevé en raison du fait qu’en dehors des heures régulières, il faut payer un minimum d’heures à un employé, renchérit Mme Dionne. C’est bien rare que l’on fasse payer nos locataires. Cette année, on a dû faire payer pour un dégât d’eau causé par un locataire.»

La politique a été adoptée cette année aussi pour harmoniser les prix alors qu’un regroupement entre six OMH de la région est dans les cartons. L’OMH Belœil a consulté notamment l’OMH de Mont-Saint-Hilaire qui a une politique de facturation de réparation des logements depuis plusieurs années. «Ça permet aussi de sensibiliser et de responsabiliser les locataires», renchérit la directrice de l’OMH de Mont-Saint-Hilaire, Elisabeth Roberge.

Le regroupement avance
Rappelons que les OMH de Belœil, Mont-Saint-Hilaire, McMasterville, Otterburn Park et de Saint-Jean-Baptiste se regrouperont prochainement pour former une seule entité. La Ville de Belœil a notamment adopté en mars dernier une résolution pour nommer un membre du conseil municipal au conseil d’administration provisoire. L’automne dernier, il semblait y avoir du sable dans l’engrenage alors que la Société d’habitation du Québec (SHQ) ne voulait pas tenir compte dans le nombre total des logements des Habitats Vermeille (16 logements), qui sont gérés par l’OMH de Mont-Saint-Hilaire.

La mairesse de Belœil, Diane Lavoie, qui est maintenant la porte-parole du projet de regroupement, a affirmé que ce n’était plus un enjeu. Les Habitats Vermeille, qui s’adressent à des personnes handicapées, ne seront effectivement pas comptabilisés, mais seront toujours gérés par l’OMH.

La nouvelle entité regroupée aura sous sa responsabilité 435 habitations à loyer modiques, dont 328 pour les personnes âgées et 107 pour les familles, 53 unités de logement subventionnées par le programme supplément au loyer et 87 financés par le programme Accèslogis Québec et le programme Logement Abordable Québec.

image