22 octobre 2019
Les libéraux deuxièmes dans Belœil–Chambly
Par: Denis Bélanger

Marie-Chantal Hamel. Photo Yann Canno | L’Œil Régional ©

Pour une deuxième élection consécutive, le Parti libéral du Canada (PLC) termine deuxième dans la circonscription. En 2015, la lutte avait été très serrée alors qu’il n’y avait eu que 4 % de votes qui séparaient le vainqueur du troisième. La candidate libérale avait obtenu cette année-là 29 % tandis que Marie-Chantal Hamel a eu 23,1 % des voix. Mme Hamel est très fière de sa campagne qu’elle a dû mener contre un chef de parti qui jouissait ainsi d’une plus grande visibilité dans les médias.

J’ai beaucoup de respect pour mes adversaires, incluant M. Blanchet. Je trouve que ça va être un recul pour le Québec de ne pas avoir plus de députés qui vont former le gouvernement, mais je respecte l’électorat. J’espère que M. Blanchet sera à la hauteur des attentes pour le comté. Comme première élection en tant que candidate, nous avons donné le meilleur de nous-mêmes et j’ai le sentiment du devoir accompli. J’espère que notre gouvernement va pouvoir poursuivre ses activités pour le bien-être de la classe moyenne. »

Baisse pour les Conservateurs, hausse pour les Verts
À l’instar du PLC, le Parti conservateur du Canada a fait du surplace en terminant encore quatrième au scrutin. La candidate conservatrice Véronique Laprise, qui a été confirmée à quelques jours du déclenchement des élections, a récolté 3 % de moins de votes que son prédécesseur qui, contrairement à elle, n’avait pas fait une campagne active. La jeune femme de 29 ans a néanmoins apprécié cette première expérience dans l’arène politique en récoltant 6 % des voix.

« J’ai commencé sans budget et presque pas de bénévoles. J’ai vraiment eu du plaisir à faire cette élection. Je suis contente aussi d’avoir tenu tête aux adversaires en débat et d’avoir réussi à me mettre au même rythme que les autres candidats, lance-t-elle. C’est certain que je suis là pour continuer. Je veux raviver l’association de comté. Quand j’ai commencé, c’était mort à ce niveau. Il y avait des membres, mais pas beaucoup d’activités. »

Du côté du Parti vert du Canada, la formation politique termine encore au cinquième échelon dans la circonscription. Mais Pierre Carrier a obtenu le double de vote avec 4,6 % des voix, comparativement à 2015 où le candidat de l’époque avait récolté 2,3 % d’appuis. M. Carrier se dit très déçu des résultats du parti pour l’ensemble de la province et estime que les Verts ont mené une mauvaise campagne sur le plan national.

« Il y a eu une grosse sympathie pour l’environnement. Il y a même 300 000 personnes qui ont participé à la marche, mais le Parti n’a pas été capable de récupérer ça et on a perdu notre temps sur des anecdotes, renchérit M. Carrier. Au niveau local, nous avons fait une belle campagne et de belles rencontres, mais on s’est heurté à un tsunami. Mais là, nous avons écrit une base de données. Nous ne repartirons pas la prochaine élection avec seulement deux bénévoles, mais avec une équipe. De plus, l’espoir pour le comté est qu’il y a plein d’organismes qui s’occupent de l’environnement. »
Soulignons que le taux de participation dans la circonscription a été de 72 %.

image