20 mai 2020
Un maximum de 10 personnes
Les familles et les amis pourront se rassembler
Par: Vincent Guilbault
Les entreprises spécialisées en esthétisme pourront ouvrir leurs portes dès le 1er juin partout au Québec, sauf dans la région de Montréal, ce qui inclut les municipalités de la région.

Les entreprises spécialisées en esthétisme pourront ouvrir leurs portes dès le 1er juin partout au Québec, sauf dans la région de Montréal, ce qui inclut les municipalités de la région.

Les rassemblements familiaux et entre amis vont pouvoir reprendre dès vendredi, mais en suivant certaines mesures strictes, a précisé la vice-première ministre Geneviève Guilbault. Les rassemblements extérieurs, dans une cour, pourront se tenir avec un maximum de 10 personnes, provenant de trois ménages différents au maximum. Cette mesure permet donc aussi à des enfants provenant de trois familles différentes de jouer ensemble dehors.

Publicité
Activer le son

Toutefois, les gens doivent respecter les consignes de la Direction de la santé publique, c’est-à-dire de se laver fréquemment les mains, de se tenir à deux mètres et idéalement de porte un couvre-visage.
Mme Guilbault maintient que ces mesures s’appliquent seulement à l’extérieur et les gens doivent éviter de se réunir à l’intérieur. Bien sûr, il est possible d’entrer dans une maison pour aller à la salle de bain, par exemple, mais elle invite les Québécois à faire preuve de gros bon sens.
Ces mesures sont un test et le gouvernement pourrait revenir en arrière si la situation du virus empirait.

Soins et esthétisme
La vice-première ministre a aussi annoncé que les entreprises spécialisées en soins corporels ou en esthétisme pourront ouvrir leurs portes dès le 1er juin. Toutefois, les entreprises et le personnel en esthétisme sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) devront attendre à une date ultérieure qui n’a pas encore été précisée lors du point de presse de ce midi. Plus de détails seront dévoilés en fin de journée concernant la CMM.
Selon le directeur de la santé publique, le Dr Horacio Arruda, certaines personnes se rassemblaient déjà et le gouvernement tenait donc à préciser les consignes. « Oui, la situation est fragile, mais si on ne donne pas une soupape, ça va avoir impact sur la santé mentale et gens vont [se rassembler] de façon clandestine. » Aussi, si les gens respectent les règles, le risque est mieux contrôlé.

image