6 mai 2015
Les enseignants veulent l’appui de la Commission scolaire
Par: L'Oeil Régional
Une cinquantaine d'enseignants et membres du personnel de soutien du Syndicat de Champlain ont investi la séance publique de la Commission scolaire des Patriotes.

Une cinquantaine d'enseignants et membres du personnel de soutien du Syndicat de Champlain ont investi la séance publique de la Commission scolaire des Patriotes.

NÉGOCIATION. Dans le cadre des négociations nationales pour le renouvellement de leur convention collective, les enseignants et les membres du personnel de soutien du Syndicat de Champlain cherchent à obtenir l’appui des trois commissions scolaires de son territoire.

Mardi soir à Saint-Bruno-de-Montarville,ils ont été plus d’une cinquantaine d’enseignants et membres du personnel, banderoles et pancartes à la main, à se rendre à la séance publique du conseil des commissaires de la Commission scolaire des Patriotes (CSP).

Ils ont pris la parole au début de la première période de questions pour ensuite quitter immédiatement la salle. Le président du Syndicat de Champlain, Éric Gingras, a énuméré différentes demandes patronales du gouvernement, dont celles d’augmenter le nombre d’élèves par classe et l’abolition du financement lié aux élèves à risque et HDAA.

«Alors qu’on demande de l’investissement en éducation, pour la partie patronale c’est la destruction du réseau qu’elle semble viser. Est-ce que c’est ce que vous voulez pour les générations à venir?», a exprimé M. Gingras avant de demander l’appui des commissaires.

«La population est claire. La population est contre les demandes du gouvernement de couper en éducation. En tant que commissaires, élus de la population, nous vous demandons de faire écho à celles-ci, de nous représenter, de nous protéger», a-t-il ajouté.

Une réponse «moins laconique»

«On entend bien ce que vous nous dites. Comme vous le savez, la négociation se passe au niveau national, mais les commissaires autour de la table entendent bien ce que vous nous dites. Merci pour votre présence ce soir», a tout simplement répondu la présidente de la CSP, Hélène Roberge.

M. Gingras se serait attendu à une réponse «moins laconique» de la part de Mme Roberge, a-t-il dit en entrevue à TC Media.

Le président du syndicat croit qu’un appui des commissaires en faveur des enseignants et du personnel de soutien aurait un impact au niveau du gouvernement et que celui-ci ne pourrait pas faire «la sourde oreille».

Le Syndicat de Champlain a aussi investi les séances publiques des Commissions scolaires de Marie-Victorin et Vallée-des-Tisserands.

image