13 juin 2019
Les écoles veulent améliorer la transition vers le primaire
Par: Sarah-Eve Charland

Des intervenants de la petite enfance, de la santé, du milieu communautaire et scolaire ont souligné les différents services de la CSP en conférence de presse. Photo gracieuseté

La Commission scolaire des Patriotes (CSP) a reçu le mandat de mettre en place un projet pilote visant à faciliter la transition vers l’école primaire. Une série d’actions sera élaborée au cours de la prochaine année scolaire.

Puisque la CSP a déjà une certaine expérience sur le plan national avec le service Ribambelle qui lui a permis d’obtenir le Prix Éducation de l’Institut d’administration publique de Québec en 2012, elle a été choisie par le ministère de l’Éducation pour porter un projet pilote en Montérégie. Ce projet vise à soutenir une première transition harmonieuse des tout-petits vers le préscolaire, peu importe leur provenance.

« Les recherches l’ont démontré, les transitions sont déterminantes d’autant plus la première transition scolaire qui sert d’assise pour toutes les suivantes », assure la porte-parole de la CSP, Marie-Michèle Blais.

La CSP souligne que des recherches ont démontré qu’une première transition scolaire dure au moins 16 mois. Les enfants et les parents se retrouvent dans une période de vulnérabilité et d’ajustement de la première rentrée en septembre jusqu’en novembre l’année suivante.

Des intervenants de la petite enfance, de la santé, du milieu communautaire et scolaire participeront au projet. Ils auront pour mandat d’élaborer une vision commune de la transition vers l’école et de développer une série d’actions concertées.

« Nous travaillons actuellement sur des stratégies afin de bonifier et de raffiner nos communications et nos collaborations inter-réseau et avec les familles, qui devraient être mises en place pour l’année scolaire 2019-2020. L’objectif étant d’assurer une continuité pour la famille qui passe du milieu de la petite enfance vers le milieu scolaire, et ce, dans un contexte de confiance et de bienveillance », ajoute Mme Blais.

La CSP n’a pas de budget alloué à ce projet pilote. Une ressource a été ajoutée à temps plein, depuis février 2019, qui pilote la concertation. Elle assurera aussi le soutien et l’accompagnement de l’implantation de ces actions.

Plusieurs mesures sont déjà en place, comme des visites des écoles par les milieux de garde, des événements de graduation en CPE qui symbolisent le passage vers une autre étape, une journée d’accueil des futures maternelles ou le programme Passe-Partout.

La CSP a profité d’une conférence de presse pour promouvoir cette annonce, mais aussi pour rappeler les différents services offerts sur le territoire, dont l’intégration d’élèves handicapés au camp de jour, le service de transport pour les études postsecondaires, les formations aux adultes, le service aux entreprises et à la communauté, ainsi que la francisation.

image