18 juin 2020
Les centres d’entraînement mettent la table pour le déconfinement
Par: Denis Bélanger

Jonathan Dubé, de CrossFit Stricken Saint-Hilaire, avec son appareil pour désinfecter l’équipement. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

Les entraînements extérieurs ont commencé à l’Académie Impak MMA. Photo gracieuseté

Les différents gymnases et centres d’entraînement de la région n’ont pas attendu le feu vert du gouvernement pour trouver des façons de faire bouger leurs clients et préparer leur salle pour le déconfinement.

Publicité
Activer le son

Une des premières à avoir fait preuve de créativité est la résidente de Saint-Basile-le-Grand Chantal Ouellet, qui donne des cours de Cardio Rebond, des séances d’entraînement sur mini trampoline. Dès le mois de mars, elle a loué 16 de ses 20 trampolines à ses élèves pour pouvoir donner des cours en ligne via la plateforme Twitch. Son local de la Rive-Sud est pratiquement vide. « On s’est servi de mon véhicule pour transporter les trampolines. Au début, je donnais les cours à partir de chez moi, mais après, j’ai décidé d’aller à mon local. »

Mme Ouellet doit récupérer son équipement le 21 juin pour commencer les cours extérieurs qui sont permis depuis un certain temps.

Plusieurs centres d’entraînement de la Vallée-du-Richelieu sont à l’œuvre dans leur stationnement. Jonathan Dubé, propriétaire du CrossFit Stricken Saint-Hilaire (situé à Sainte-Madeleine) a pris différentes mesures pour offrir plusieurs cours à ses clients. Il s’est acheté un fusil à air pour désinfecter rapidement et efficacement le matériel. Il a aussi fait installer des structures de métal pour faire ses structures de gymnastique. « Ça se passe bien. La demande pour l’entraînement est là. Nous avions une certaine crainte en ce qui concerne la réaction des gens à l’entraînement. »

La bannière Énergie Cardio, notamment à McMasterville, a décidé d’exploiter le concept des entraînements extérieurs en attendant de pouvoir accueillir les clients à l’intérieur.

Évidemment, les entraînements extérieurs sont différents des exercices effectués avant les mesures de confinement. L’Académie Impak MMA, de Saint-Mathieu-de-Beloeil, offre des cours de boxe, de muay thaï et d’entraînement fonctionnel, des disciplines où il est plus facile de maintenir les mesures de distanciation sociale. « Pour notre part, nous imposons une distance de huit pieds. Nous faisons notamment du bodyweigth et du shadow boxing », souligne le propriétaire Robert Landry.

Notons que l’Académie a annoncé mercredi la fermeture des activités pour le reste de la semaine, alors qu’il y eu contact avec une personne testé positive à la COVID-19. Les responsables ont passé le test et attendent les résultats sous peu. 

D’autres qui devaient attendre

Avant que le gouvernement ne donnent le feu vert aux entraînements intérieurs, le Club Santé Atmosphère de Belœil avait déjà préparé le terrain pour reprendre le collier. Les responsables ont mis en vente environ une dizaine d’appareils pour faire un peu plus d’espace pour respecter la distanciation sociale. Le propriétaire Hugo Tessier, qui possède aussi un gym à Joliette, envisage de mettre des plages de réservation pour les heures de pointe. « Un gym est souvent trop plein ou trop vide. Avec des plages, ça va inciter aussi plus de gens à aller s’entraîner avant les grosses périodes. Nous aurons évidemment une certaine clientèle à rebâtir, mais je ne vois pas de problème à remonter la pente. »

Olivier Bourgeois, du Centre Active Performance de Belœil, avait hâte  à la reprise pour éviter des difficultés financières. Heureusement, il a pu commencer à offrir des services thérapeutiques. « Pour ce qui est du volet entraînement, nous commençons à lister tout ce que nous allons devoir faire pour offrir la meilleure expérience à nos clients dans le contexte actuel. Assurément, l’entraînement sera à des années-lumière de ce qu’on aura connu avant tout ça. Pour ce qui est de l’avenir de la business comme tel, seul le temps pourra nous le dire. »

image