25 octobre 2017
Les candidats réfléchissent à la limite réduite à Belœil
Par: Karine Guillet

Dans la région, Otterburn Park avait déjà abaissé la vitesse à 40 km/h en zone résidentielle. photo archives,

Alors que plusieurs villes ont adopté une limite de vitesse réduite à 40 km\h dans leurs rues locales, les partis politiques de Belœil se disent ouverts à explorer cette possibilité.

Alors que Montréal souhaite réduire la vitesse des automobilistes l’an prochain, Gatineau, Saint-Jérôme et Baie-Saint-Paul ont pour leur part adopté des vitesses réduites cet été. La Ville de Belœil considère d’ailleurs déjà l’abaissement de la vitesse comme l’une des mesures possibles d’apaisement de la circulation depuis quelques années. Une limite à 40 km\h en milieu urbain faisait d’ailleurs partie des suggestions reçues dans le cadre de la consultation publique de la SAAQ sur la révision du Code de la sécurité routière

La mairesse sortante Diane Lavoie rappelle que la Ville avait déjà consulté les citoyens sur la possibilité de réduire la vitesse dans les rues. Les citoyens s’étaient alors fortement opposés à cette idée. La mairesse soutient toutefois que la vitesse à 40 km\h est revenue à maintes reprises dans les discussions avec les citoyens lors des activités de porte-à-porte. Pour mieux se faire une tête, l’équipe de la mairesse a d’ailleurs lancé un sondage en ligne sur quelques sujets, dont celui de la vitesse réduite. De son côté, le Parti des citoyens de Belœil constate toutefois que la question du stationnement est plus souvent mentionnée que les problèmes de vitesse par les citoyens. L’an dernier, la Ville avait reçu six plaintes pour la vitesse dans les rues.

Des questions à se poser

Si le parti attend la fin des élections avant d’analyser les résultats du sondage, Mme Lavoie souligne que la Ville pourrait abaisser les limites de vitesse à 40 km\h dans les rues locales en maintenant la limite à 50 km\h dans les rues dites collectrices. Avant de mettre en place de telles mesures, elle explique toutefois qu’il faudra évaluer la faisabilité avec l’administration municipale. Il faudra aussi se questionner sur la manière dont on pourrait implanter cette mesure et définir les rues collectrices et locales. Elle estime que la mise en place de limites réduites prendrait environ un an.

Analyser par secteur

De son côté, le Parti des Citoyens soutient qu’il faudrait d’abord regarder les besoins des citoyens par quartier ou par secteur avant d’abaisser la limite de vitesse. Selon l’assistant du candidat à la mairie du Parti des citoyens de Belœil Rémi Landry, Mathieu Auclair, il faudra avant analyser les districts où sont situés les familles et les parcs et l’impact sur le trafic et le budget disponible. Toutefois, il soutient que la sécurité des familles est une priorité pour le parti. M. Auclair souligne qu’il sera difficile de faire respecter une limite de vitesse abaissée chez certains conducteurs, notamment les personnes plus âgées. «Il y a peut-être une éducation à faire au niveau de la signalisation auprès des conducteurs. On peut penser à réduire certains secteurs à 40 km\h comme ça, c’est sûr qu’il y a moins d’éducation à faire. Ce n’est pas un grand coup pour les automobilistes et c’est moins dangereux pour les piétons», note-t-il.

image