5 juin 2019
Les Canadiens de Montréal plantent des arbres au mont Saint-Hilaire
Par: Denis Bélanger

Geneviève Poirier-Ghys, en compagnie de Youppi! Photo Luc Giard | L’Œil Régional ©

L’inventaire forestier du piémont du mont Saint-Hilaire s’agrandit de plus de 2500 arbres notamment grâce à la collaboration du Canadien de Montréal. Plusieurs membres de l’organisation, dont la mascotte Youppi!, sont venus donner un coup de main la semaine dernière pour planter 1000 arbres sur la Réserve naturelle Gault de l’Université McGill.

La participation du Canadien dans ce projet s’inscrit dans son programme Vert le but instauré en 2007 pour réduire son empreinte écologique. Depuis quelques années, la franchise s’engageait à planter un arbre pour chaque bâton brisé par un des joueurs du Tricolore pendant la saison. Depuis cette année, c’est dix arbres par bâton fracassés qui sont promis. Au cours de la saison 2018-2019, ce sont 276 bâtons qui se sont cassés pour ainsi permettre la plantation de 2760 arbres.

Le Canadien s’est tourné vers l’organisme à but non lucratif One Tree Planted pour s’assurer que les arbres soient plantés au Québec. One Tree Planted a été fondé par Matt Hill afin de faciliter les initiatives de responsabilité sociale des entreprises et sensibiliser les gens sur l’importance du reboisement. L’organisme collaborait déjà avec le Centre de la Nature qui plante annuellement 5000 arbres. Cette année, l’organisation du Canadien a pu contribuer davantage en participant à la plantation en fournissant plus d’une quarantaine d’employés du secteur du marketing. « Les gens ignorent les sites magnifiques qu’on dispose pour la plantation d’arbres et comment ce geste aide l’environnement. C’est bien de les amener sur les lieux pour leur faire prendre conscience des choses », commente Matt Hill de One Tree Planted.

Le Centre de la Nature a supervisé la plantation avec la collaboration de la Ville de Mont-Saint-Hilaire et la Carrière Mont St-Hilaire qui a permis à l’équipe de planteurs d’emprunter sa propriété pour accéder au site de plantation. Dix espèces d’arbres indigènes ont été plantées.

« La plantation d’arbres a plusieurs retombées positives sur la qualité de l’air et la qualité de l’eau. On restaure aussi un site endommagé et on a la chance de planter sur un terrain protégé. Les arbres vont être là à perpétuité », a commenté Geneviève Poirier-Ghys, responsable de la conservation et des communications au Centre de la nature.

image