18 décembre 2015
Les bières québécoises mises en valeur
Par: L'Oeil Régional
Le propriétaire de Bière et Délices, Patrick Bourguignon.

Le propriétaire de Bière et Délices, Patrick Bourguignon.

L’éclosion de dizaines de microbrasseries a mis la table pour l’ouverture de multiples commerces spécialisés en bières. Alors que certains dépanneurs ont choisi de garnir davantage leurs tablettes de bières québécoises, d’autres se sont transformées en véritable caverne d’Ali Baba de la bière.

Patrick Bourguignon s’est lancé dans la vente de bières avec l’engouement pour les microbrasseries québécoises. Son commerce Bières et Délices a ouvert ses portes en novembre 2013 à Saint-Basile-le-Grand.

«Je suis un amateur de bière depuis que je suis en âge légal de boire», raconte le commerçant. Quand il a goûté pour la première fois aux bières de dégustation québécoises, il a été charmé.  

Avec son commerce, Patrick Bourguignon veut mettre en valeur les bières québécoises et les produits du terroir de la province. Ses tablettes comptent une variété de 175 bières provenant d’une vingtaine de microbrasseries québécoises.

De son côté, l’homme d’affaires Danny Chabot a été un des précurseurs dans le domaine. Alors que les revenus de son dépanneur classique de Cap-Rouge plafonnaient, il prend un virage bière en 1995.

«Les premières bières Belle Gueule, Unibroue, Boréal  et McAuslan se sont vendues dans mon magasin», raconte M. Chabot, qui a commencé avec une quarantaine de produits.

Vingt ans plus tard, Le Dépanneur de la Rive ne vend que de la bière et compte autour de 1000 variétés de bières, dont 90% de microbrasseries québécoises. Il se targue d’offrir le plus important choix de bières au Canada.

Des habitudes en transformation

Patrick Bourguignon constate un engouement «flagrant» pour les bières de dégustation.

«Les gens, lorsqu’ils goûtent à la bière de microbrasserie, ils ne reviennent pas en arrière. Ils voient très bien la différence.»

Ailleurs au Québec, les commerçants observent aussi depuis quelques années un changement dans les habitudes de consommation. Les consommateurs sont de plus en plus curieux et aiment essayer de nouveaux produits.

«Il y a deux, trois ans, les gens achetaient seulement de la Budweiser ou de la Coors Light pour aller à la chasse. Aujourd’hui, ils l’achètent quand même, mais ils viennent acheter deux, trois bouteilles (de microbrasserie) pour leur souper», témoigne Jean-François Gibson,  spécialiste en bières de microbrasserie au dépanneur Chez Gibb, à Rouyn-Noranda.

image