18 janvier 2019
Stationnement de nuit à Mont-Saint-Hilaire
Les automobilistes gênent les opérations de déneigement
Par: Denis Bélanger
Il était auparavant interdit de stationner dans les rues pendant l’hiver.
Photothèque | L’Œil Régional ©

Il était auparavant interdit de stationner dans les rues pendant l’hiver. Photothèque | L’Œil Régional ©

Plusieurs résidents de Mont-Saint-Hilaire manquent de discipline à l’égard de la nouvelle réglementation sur le stationnement de nuit l’hiver. Selon la direction des travaux publics, il y a plus de véhicules dans les rues qu’à l’habitude.

Mont-Saint-Hilaire a été l’une des villes desservies par la Régie intermunicipale de police Richelieu–Saint-Laurent (RIPRSL) à permettre depuis cet hiver le stationnement de nuit du 1er décembre au 31 mars, sauf en cas d’opération de déneigement. La décision a été annoncée au début octobre et les responsables ont donc eu moins de préparation pour s’ajuster aux nouvelles règles. Pour savoir s’il y a une interdiction de stationner, les citoyens doivent appeler la ligne téléphonique dédiée à 17 h pour avoir la dernière mise à jour.
« La majorité des opérateurs le disent, il y a plus d’autos, affirme le directeur des Travaux publics de Mont-Saint-Hilaire, Francis Leblanc. La sensibilisation devrait être meilleure. Les gens recevront le constat directement dans leur vitre d’auto, ils vont le voir rapidement que c’est interdit. Avant, c’était un agent de stationnement qui émettait le constat, qui était toutefois remis à la Ville. »
En date du 11 janvier, les agents ont donné 24 constats d’infraction et l’interdiction de stationner a été décrétée pour 11 nuits depuis le 1er décembre. « Nos rues sont plus étroites que dans d’autres municipalités. Quand il y a des autos dans les voies de circulation, la déneigeuse ne peut pas passer. Nous allons être plus rapides que d’autres à interdire le stationnement pour la nuit. »
À Belœil et à McMasterville, qui ont également apporté des assouplissements à leurs règlements sur le stationnement, on ne notait aucun constat d’infraction en date du 10 janvier. Les Villes précisent toutefois que la cour municipale reçoit les constats dans un délai d’une à deux semaines. D’ailleurs, on a eu vent que des contraventions auraient été données en début d’année.
De plus, du 1er décembre au 10 janvier, il y a eu une interdiction de stationner pendant sept nuits à Belœil et deux à McMasterville. Une ligne téléphonique est également le seul moyen de communication utilisé cet hiver dans les deux villes pour informer les citoyens d’une interdiction de stationner.

image