25 mars 2020
Les athlètes doivent modifier leur entraînement
Par: Denis Bélanger

Olivier Bourgeois Photo Noémie Martineau

La pandémie de COVID-19 amène les athlètes de haut niveau et leur préparateur physique à revoir leur façon de faire pour s’assurer qu’ils maintiennent la forme et soient ainsi prêts à la reprise de leur sport.

Le kinésiologue et copropriétaire du centre d’entraînement Active Performance, Olivier Bourgeois, a été très occupé cette semaine à échanger avec ses athlètes sur la marche à suivre pour les prochains mois. Il a évidemment fermé son gymnase de Belœil la semaine dernière à la suite des recommandations du gouvernement.

M. Bourgeois s’occupe notamment de la préparation physique du footballeur de la Ligue canadienne de football Anthony Gosselin, du gardien de but de la Ligue nationale de hockey (LNH) Louis Domingue ainsi que de plusieurs athlètes évoluant dans les rangs collégiaux et universitaires. Pour assurer le suivi des entraînements, il s’est servi des médias sociaux. « Je fais le travail à distance avec ces derniers. Je les vois sur rendez-vous Skype et je fais des démonstrations des cycles par vidéoconférence. On se sert des réseaux sociaux pour bonifier les services aux athlètes de pointe. Il faut modifier la préparation de chacun. Plusieurs ne peuvent pas bouger en dehors de la maison, il faut donc savoir s’adapter. »

Le kinésiologue a bon espoir que ses athlètes sauront bien gérer la situation. « L’important est de maintenir les acquis. La quarantaine ne tuera pas les gains, il faut simplement changer notre approche. […] À titre d’exemple, si la personne ne peut plus sortir pour aller courir, nous allons travailler le conditionnement et l’intégrer à des mouvements cardiovasculaires. »

Entraînements en ligne
Active Performance a également décidé d’offrir des séances d’entraînement en ligne par l’entremise des médias sociaux pour toute sa clientèle. « On n’oublie pas notre monde qui ne fait pas du sport d’élite », renchérit Olivier Bourgeois. Plusieurs autres centres d’entraînement ont fait de même, notamment circuit C30 M de Mont-Saint-Hilaire, Académie Impak MMA de Saint-Mathieu-de-Beloeil ou encore LV Jiujitsu BTT – Kickboxing Team White Lion de Saint-Mathieu-de-Beloeil, pour en nommer quelques-uns.

De son côté, la Clinique pro-action de Belœil a lancé sur les médias sociaux le Challenge COVID-19 Pro-Action, une plateforme pour permettre aux gens de partager leurs bons coups, leurs entraînements, leurs recettes et leur succès en matière de santé et d’entraînement.

Des options variées pour l’entraînement
Le combattant ultime de Belœil sous contrat avec l’Ultimate Fighting Championship (l’UFC) Charles Jourdain est un de ces athlètes qui a su s’adapter rapidement. Malgré la fermeture des centres d’entraînement, il affirme avoir beaucoup d’endroits accessibles. Un de ses bons amis possède son propre gym à la maison et sa copine a plusieurs appareils d’exercice chez elle. « Je peux aussi aller courir dehors. Les entraînements de groupes sont moins présents. Je peux aller rouler avec des partenaires que je suis certain qu’ils ne sont pas infectés. Le nombre de personnes avec qui je m’entraîne a ainsi diminué. […] Quand tu aimes ce que tu fais, tu trouves des options pour t’entraîner malgré les circonstances. »

Jourdain maintient son entraînement pour être prêt à sauter dans l’arène lorsque ses patrons lui demanderont. D’ailleurs, le président de l’UFC a tenu le week-end dernier un événement à huis clos et aimerait bien en tenir d’autres bientôt. Avant le début de la crise, Jourdain avait été approché pour se battre en juin à Saskatoon. Pour l’instant, il a bon espoir que ce plan se matérialisera. « Si on m’appelait pour me battre à titre d’exemple à Vegas, je serais prêt à descendre en voiture s’il le faut. » [NDLR : La frontière canado-américaine n’était pas encore fermée au moment de mettre sous presse.]

Une autre combattante d’arts martiaux mixtes, Corinne Laframboise de Saint-Mathieu-de-Beloeil, affirme être en mesure de s’ajuster. Elle s’est battue à Abu Dhabi en janvier dernier pour l’organisation UAE Warriors et devait y retourner en mars. Les plans sont évidemment tombés à l’eau.

« Ça fait partie de notre sport de s’ajuster à la dernière minute. Plusieurs techniques de base peuvent se pratiquer à la maison, faut juste le faire à plusieurs reprises pour que ça devienne un automatisme. »
De son côté, l’Otterburnois du Rouge et Noir d’Ottawa de la Ligue Canadienne de Football Anthony Gosselin se fait un devoir de maintenir la cadence alors que les camps d’entraînements doivent commencer en principe dans deux mois. « J’ai commencé à m’entraîner au CrossFit Stricken. Ils ont fait des entraînements spécifiques à la maison. Il n’y a pas de poids, mais c’est hyper cardio. Je continue à faire ce qu’il faut pour garder la shape de foot le plus possible, dit-il. Je prends le tout au jour le jour. D’un côté, j’aimerais que la saison ait lieu. De l’autre côté, je passe du bon temps avec ma famille. J’essaie aussi de ne pas trop sortir de chez nous. Je vais néanmoins courir pour prendre de l’air. »

image