21 février 2018
Les appuis s’accumulent pour le ski de fond
Par: Denis Bélanger
Francine Bernard s’adressant aux marcheurs dimanche. Photo: Gracieuseté

Francine Bernard s’adressant aux marcheurs dimanche. Photo: Gracieuseté

Les citoyens tenant à maintenir la pratique du ski de fond sur la montagne comptent maintenant sur plusieurs appuis de personnalités publiques, dont le conférencier et la personnalité publique Pierre Lavoie.

L’homme derrière le Grand Défi Pierre Lavoie a réalisé une vidéo à l’occasion d’une marche organisée dimanche dans les sentiers du Centre de la nature. «Les fondeurs sont des gens qui ne contaminent pas les pistes, qui ne contaminent pas la forêt et ils travaillent en synergie avec la nature. Des endroits pour bouger, il n’y en a pas beaucoup. Des montagnes dans le coin de Montréal, il n’y en a pas beaucoup non plus. Je vous appuie dans votre combat», a dit Pierre Lavoie, qui n’était toutefois pas présent sur place à la randonnée. Notons que M. Lavoie vient de lancer un nouveau programme hivernal, la Petite Expé, pour initier gratuitement les élèves des écoles primaires du Québec et les moins de 12 ans au ski de fond.
Organisée par un groupe de citoyens qui s’affichent sur les médias sociaux sous le nom de Survie ski de fond au mont Saint-Hilaire, la marche a attiré 80 fondeurs et plusieurs autres marcheurs. Francine Bernard, qui se fait la porte-parole de cette initiative citoyenne, s’est montrée satisfaite de la réponse des gens.
«Nous ne ferons plus d’autres marches, mais nous ferons peut-être d’autres événements. Nous allons continuer à solliciter les appuis politiques. Nous avons rencontré l’attaché du député Simon Jolin-Barrette et nous rencontrerons prochainement Matthew Dubé et le maire Yves Corriveau. Nous souhaitons aussi rencontrer la mairesse de Belœil. Nous avons aussi reçu des lettres d’appuis de Sylvie Bernier, du comédien Hugo Dubé ainsi que de Kees Vanderheyden, ancien directeur du Centre de la nature.»
Rappelons que la direction de Réserve naturelle Gault de l’université McGill a pris la décision cette année d’interdire la pratique du ski de fond. Déjà cette année, l’offre des sentiers est moindre que par les années passées. La nouvelle a provoqué la colère de plusieurs citoyens qui s’inquiètent de la direction que prend la nouvelle administration.
«Ce qui nous fait friser les cheveux, c’est d’entendre la directrice dire que c’est un privilège qu’on nous donne en laissant l’accès à la montagne. Ça fait longtemps que ma famille est dans le coin, tout le monde venait à la montagne», ajoute Mme Bernard, qui reconnaît toutefois l’immense fréquentation sur la montagne avec plus de 300 000 entrées par année.
Le golf toujours en vue
Rappelons que de son côté, la Ville de Mont-Saint-Hilaire travaille toujours sur un projet de parcours alternatif pour l’an prochain. C’est d’ailleurs à la demande de la municipalité que McGill a accepté de repousser d’un an l’interdiction du ski de fond pour lui donner la chance de trouver une solution. Le site visé pour le parcours est toujours le terrain du Golf la Seigneurie, confirme le maire Yves Corriveau. «Les propriétaires ont démontré une ouverture. Nous allons aussi former un comité avec des citoyens pour élaborer des solutions.»

image