26 avril 2017
L’Entraide voit des hommes de plus en plus jeunes
Par: Karine Guillet
Les hommes sont de plus en plus nombreux à demander l'aide de l'Entraide de leur propre initiative ou après avoir été référés par un proche.

Les hommes sont de plus en plus nombreux à demander l'aide de l'Entraide de leur propre initiative ou après avoir été référés par un proche.

COMMUNAUTAIRE. Les hommes sont chaque année plus nombreux à cogner à la porte de l’organisme L’Entraide pour Hommes. Une hausse qui s’explique notamment parce que de plus en plus de jeunes hommes demandent de l’aide.

L’Entraide pour Hommes offre des services à des hommes qui vivent des difficultés passagères et pour les hommes avec des problèmes de violence (qu’ils soient violents ou victimes). Tous services confondus, l’organisme a reçu près de 600 hommes en 2016 dans l’un de ses trois points de service. L’attente pour intégrer un groupe d’entraide peut parfois atteindre six mois. Environ 25 personnes sont sur la liste.

Si l’organisme est présent à Beloeil depuis 20 ans, la directrice générale Geneviève Landry a longtemps dû justifier sa présence dans la région. Les tristes cas de Daphné Huard-Boudreault, Sheryl Bau-Tremblay et Julie Morisson, dont un amoureux ou un ex-conjoint a été accusé du meurtre, tendent toutefois à prouver que la violence est aussi présente dans la Vallée-du-Richelieu.

«Ça fait cinq ans que ça a changé, mais avant on disait: » À Belœil, dans la Vallée-du-Richelieu, il n’y en a pas de violence. C’est à Montréal, dans les quartiers défavorisés que ça se passe. » Mais ce n’est pas vrai, illustre Mme Landry. De la violence, il y en a dans toutes les couches sociales, tous les types de personnes, toutes les sphères économiques.»

Plus jeunes

Alors que la moyenne d’âge des usagers de l’organisme se situait traditionnellement entre 40 et 50 ans, les 18-30 ans représentent maintenant 30% des usagers. La majorité des hommes (62%) ont maintenant moins de 40 ans, dans tous les volets qu’offre l’organisme. «On voit de plus en plus de jeunes qui ont des problèmes de violence envers leur parents», témoigne Geneviève Landry.

L’organisme associe cette nouvelle réalité à la prévention dans les écoles au cours des dernières années. Aider des hommes plus jeunes à faire face à leur problème permet d’ailleurs de briser une dynamique à la base, croit-elle.

L’organisme a d’ailleurs dans sa mire la création d’un service expressément dédié aux adolescents. Selon les estimations de l’organisme, deux intervenants à temps plein seraient nécessaires pour répondre à la demande. «On a de plus en plus d’écoles, de jeunes, de parents pour des jeunes de 14 à 17 ans. On aimerait offrir des services à ces ados-là, mais on est pris parce qu’on n’a pas de financement», se désole la directrice.

Plus de volontaires

La hausse du nombre de demandes peut aussi s’expliquer en partie par une dédramatisation du besoin d’aide chez les hommes. Les hommes sont de plus en plus nombreux à demander l’aide de l’Entraide de leur propre initiative ou après avoir été référés par un proche.  «Quand ces-gars-là sont référés par une personne significative, ils sont plus ouverts au changement; ils nous font confiance plus facilement» observe-t-elle.

Plus de retraités viennent aussi cogner à la porte pour des difficultés passagères, notamment en raison de la hausse du nombre de divorces chez les aînés. 

 

Les hommes aussi victimes

Depuis deux ans, l’organisme offre également un service pour les hommes victimes de violence conjugale. L’organisme a une entente avec la police de Longueuil qui leur réfère les victimes masculines lorsqu’elle intervient dans un cas de violence conjugale. Environ 50 hommes ont ainsi été référés l’an dernier.

Selon la statistique québécoise, les hommes sont victimes dans 20% des cas de violence conjugale. «Pour les gars, admettre qu’ils sont violentés, c’est une étape ardue et super lente, souligne Mme Landry. Ce sont des hommes qui vivent dans le tabou parce que lorsqu’ils en parlent autour d’eux, ils se font dire de faire un homme d’eux.»

Spectacle bénéfice

L’organisme organise pour la première fois cette année une activitée de collecte de fonds. Les groupes rock  Magic Blend et Ax-100 ont accepté de se produire sur la scène du cabaret-théâtre du Vieux-Saint-Jean au  profit de l’organisme. Les deux groupes offriront des reprises de classiques du rock, le 16 juin à 20h. Des billets sont en vente à l’Entraide, au coût de 25$. 

image