17 juin 2015
Lemieux contre N’Dam : un combat à ne pas manquer selon Sébastien Demers
Par: Denis Bélanger
Sébastien Demers

Sébastien Demers

Les amateurs de boxe peuvent s’attendre à un combat intéressant samedi soir au Centre Bell entre le Lavallois David Lemieux et le Français d’origine camerounaise, Hassan N’Dam N’Jikam, qui s’affronteront pour la couronne mondiale de l’IBF des poids moyens. C’est du moins la prédiction de l’ancien boxeur professionnel maskoutain Sébastien Demers qui connaît très bien les deux pugilistes.

Celui qui avait pour surnom dans le ring Double Trouble a eu la chance de mettre les gants avec les deux boxeurs en entraînement. Dans le cas de N’Dam, l’expérience remonte à 2010. Le Maskoutain se refuse d’ailleurs de prédire publiquement l’issue du duel.

«Je connais les deux. Je suis un peu biaisé. Je vais garder cela pour moi. Mais nous aurons droit à un bon combat opposant deux styles différents. David Lemieux a toute une force de frappe. Hassan est rapide, très en forme et très difficile à toucher.»

Demers a toutefois fait une autre prédiction. Il ne croit que pas le combat se rendra à la limite. «Si David gagne par knock-out, ce sera tôt.»

Les sources possibles de distractions ont été nombreuses pour le camp de David Lemieux. Une poursuite intentée par son ancien promoteur, Yvon Michel de GYM, est toujours en cours. Il y a eu les démêlés avec la justice. Puis, il y a N’Dam qui n’arrête de lancer des critiques. Il n’a pas digéré la faible bourse de 51 000$ qu’il empochera. Il a aussi récemment critiqué le choix des officiels. Certains commençaient même à se demander si le Français ne ferait faux bond, mais il est finalement arrivé à Montréal. Sébastien Demers ne croit pas que ces différents événements affecteront David Lemieux.

Un retour vers …l’enseignement

Sébastien Demers concentre notamment ses énergies à son travail dans le domaine dans la construction. À l’automne, il entend redonner des cours de boxe au Prostar MMA de Belœil. «Je veux mettre mon expérience à profit et redonner aux jeunes.  C’est avec Éric Bertrand (du Prostar) que j’ai commencé à donner des cours. Par la suite, j’ai découvert une passion pour le coaching

À court terme, un retour dans le ring semble improbable pour le père de famille qui a maintenant 35 ans. Mais il garde toujours une porte ouverte. «Je n’ai pas encore tiré ma révérence officiellement.»

Rappelons que Sébastien Demers a disputé son dernier combat professionnel le 17 mai 2013. Il s’est incliné par K.-O., au deuxième assaut, contre le Britannique James DeGale. Ce dernier a remporté récemment la couronne IBF des super moyens. Il s’agit de la ceinture qu’a détenue pendant plus de quatre ans Lucian Bute.

image