28 janvier 2016
L’éducation plutôt que l’équilibre budgétaire, espère le milieu
Par: L'Oeil Régional

Les acteurs du milieu de l’éducation de la région espèrent que le changement de garde au ministère de l’Éducation donnera une pause de compressions budgétaires dans le réseau.

Le milieu de l’éducation québécois a hérité d’un nouveau ministre au terme d’un remaniement d’envergure du cabinet, jeudi matin. Le député de Châteauguay, Pierre Moreau, a troqué ses responsabilités au ministère des Affaires municipales pour celles de l’Éducation. Il succède à François Blais, qui avait lui-même remplacé Yves Bolduc.

Prise pour la journée avec la finale locale d’expo-sciences, il a été impossible de joindre la présidente du conseil des commissaires de la Commission scolaire des Patriotes (CSP), Hélène Roberge, pour recueillir ses commentaires. La présidente a toutefois commenté le changement de garde au ministère de l’Éducation sur Facebook.

«On annonce un nouveau ministre en éducation. Un autre en si peu de temps. Aura-t-il une véritable vision pour l’éducation? Qu’arrivera-t-il avec le projet de loi 86? Le réseau est en attente de savoir s’il pourra enfin respirer et connaître un réinvestissement et un développement positif.»

Éric Gingras, président du syndicat de Champlain, qui représente les travailleurs de l’éducation de la CSP, a l’intention d’interpeller directement le nouveau ministre sur les revendications de ses membres dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux la semaine prochaine.  «Nous souhaitons que le nouveau ministre de l’Éducation mette ses énergies sur l’avenir de l’éducation et non sur l’équilibre budgétaire! Un ministre qui s’occupe d’abord et avant tout des enfants, des parents et du personnel de l’éducation», a-t-il dit.

*Avec la collaboration d’Annick Oligny

image