13 septembre 2019
Le terrain synthétique de Polybel sera rénové
Par: Sarah-Eve Charland

Le terrain synthétique à l’école secondaire Polybel devrait faire l’objet de rénovations au printemps 2020. Photothèque | L’Œil Régional ©

Près de 900 000 $ seront investis pour mettre à niveau le terrain synthétique de l’école secondaire Polybel et la piste d’athlétisme. Les coûts seront partagés entre Belœil et la Commission scolaire des Patriotes (CSP).

La Ville de Belœil s’occupera d’effectuer les travaux du terrain synthétique. C’est ce que stipule une entente qui devrait être finalisée éventuellement entre les deux partenaires. Les installations du terrain synthétique, qui appartiennent à la Ville, se retrouvent sur le terrain de la CSP. Le terrain de football fait aussi partie d’une entente pour déterminer son utilisation.

Selon les premières estimations de la Ville, les travaux sur le terrain synthétique s’élèvent à près de 600 000 $. Ce montant a été prévu au plan triennal d’immobilisation de 2019. La CSP payera, quant à elle, les travaux de la piste d’athlétisme, dont les coûts devraient s’élever à environ 260 000 $, selon la Ville de Belœil. La CSP a préféré ne pas s’avancer sur l’ampleur des coûts et la nature des travaux.

« Du côté de la CSP, on voyait venir depuis quelques années la rénovation de la piste d’athlétisme, mais on voyait des économies à faire le projet conjointement. Au conseil des commissaires, on a la responsabilité de s’assurer de la saine gestion des fonds publics. […] Nos équipes travaillent ensemble. On est à l’étape d’évaluation. Ensuite, il y aura des appels d’offres. On aura plus de détails sur les coûts et on finalisera l’entente », affirme la présidente de la CSP, Hélène Roberge.

Bien que l’échéancier reste à être finalisé, la Ville et la CSP visent à lancer l’appel d’offres en décembre 2019 et à octroyer le contrat en janvier 2020 pour une réalisation des travaux au printemps 2020.

Le terrain synthétique a 12 ans d’existence, souligne la porte-parole de la Ville de Belœil, Caroline Nguyen Minh. Il arrivait donc à sa fin de vie utile puisqu’il était utilisé autant pour le soccer et le football. Les travaux consisteront donc au remplacement du tapis.

Sans subvention

Belœil et la CSP ont choisi de poursuivre le projet même s’ils n’ont pu mettre la main sur une subvention gouvernementale. En mars 2018, elles avaient déposé une demande conjointe pour obtenir un financement à hauteur de 50 % du projet grâce à un programme du ministère de l’Éducation.

« Malheureusement, notre projet n’a pas été retenu, mais les besoins sont quand même là. C’est une belle occasion de poursuivre le partenariat et de travailler ensemble. Il y a des économies à faire en faisant le projet conjointement. […] Ça fait partie de nos orientations de faire des partenariats. Dans ces deux cas, on parle de biens publics », ajoute Mme Roberge.

À court terme, il n’y a aucun programme de subvention ouvert qui pourrait convenir à ce type de projet, poursuit-elle.

image